PARI CNRC célèbre 75 ans d'innovation

 

Renforcer l'entrepreneuriat et l'innovation au Canada

C'est avec une grande fierté que le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) soutient et fait progresser l'innovation canadienne depuis 1947. Comme le PARI CNRC célébre son 75e anniversaire d'existence en 2022, nous avons préparé une rétrospective des retombées et des succès du Programme qui ont inspiré et accompagné les rêves de générations d'entrepreneurs canadiens au fil des décennies.

Ce 75e anniversaire est l'occasion de mettre en lumière le chemin parcouru par le PARI CNRC depuis sa création pour s'imposer comme un rouage clé de l'écosystème canadien de l'innovation. Au cours de cette année de commémoration, nous soulignerons l'apport de nos employés et de nos clients, tout en continuant de soutenir l'innovation.

Aujourd'hui, le PARI CNRC offre des services-conseils techniques et commerciaux aux entreprises, et sert d'intermédiaire entre l'industrie et des ressources spécialisées dans différents domaines. Il fournit aux petites et moyennes entreprises un accès à des compétences en R-D ainsi qu'une aide financière pour les aider à bâtir leur capacité en innovation et à mettre leurs idées en marché.

Le PARI CNRC est fier de l'alliance qu'il a bâtie au fil des décennies avec les entreprises canadiennes afin de les aider à consolider leur capacité d'innovation et leur compétitivité, autant au Canada qu'à l'étranger.

Nous vous invitons à revenir sur cette page pour découvrir des tranches insoupçonnées de la riche histoire du PARI CNRC et pour connaître les gens qui rendent ce programme possible!

Pleins feux sur l'anniversaire

 
Voir plus de pleins feux sur l'anniversaire
 

Réussites

 
Voir plus de réussites

Rétrospectives et perspectives

 
Voir plus de rétrospectives et perspectives
 
 
 
 
 
 

Le PARI CNRC dans les années 1980 : Le bon mélange d'expertise pour l'ensemble du Canada

En 1980, le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) s'était forgé une solide réputation en aidant l'industrie à tirer parti des technologies existantes et établies, et en soutenant la recherche pour découvrir et perfectionner des solutions technologiques novatrices. Le PARI CNRC a entamé les années 1980 avec 3 programmes distincts. Le premier était un programme de partage des coûts pour payer les salaires du personnel de R-D. Le deuxième était un programme d'emploi pour permettre aux entreprises d'embaucher de nouveaux étudiants en sciences et en génie. Le troisième, un programme de « petits projets », fut créé en réponse au nombre croissant de petites entreprises canadiennes qui voulaient entreprendre des activités de R-D.

Pour répondre au besoin accru de soutien à l'innovation partout au Canada, les années 1980 ont vu un changement important dans la façon dont le PARI CNRC offrait ses services consultatifs. De 1962 à 1982, les services consultatifs étaient presque exclusivement offerts par le personnel des bureaux du CNRC à Ottawa. Le Programme s'est rendu compte qu'il pouvait maximiser à la fois son accessibilité et sa portée en installant ses conseillers en technologie industrielle (CTI) dans les collectivités locales à la grandeur du Canada. C'est ainsi qu'en 1982, le PARI CNRC a établi ses services sur le terrain dans 16 localités du Canada afin de fournir des conseils sur les méthodes et les techniques de génie industriel permettant d'améliorer la production. Les CTI travaillant sur le terrain se rendaient dans les entreprises pour recueillir des données, évaluer les opérations, puis fournir des conseils et des solutions sur la meilleure façon de surmonter les difficultés d'innovation. De plus, ils pouvaient aider les entreprises à accéder à d'autres programmes et services du CNRC.

L'année 1982 a également vu un autre ajout à la capacité consultative du PARI CNRC, avec la formation de son groupe de soutien technique – une équipe composée d'ingénieurs et de scientifiques ayant une expérience de l'industrie. Le but de cette équipe était de répondre aux clients et au personnel du PARI CNRC sur le terrain pour les aider à répondre à des questions techniques complexes. Elle était située au sein de l'Institut canadien de l'information scientifique et technique (ICIST) du CNRC et faisait partie d'un réseau étendu de ressources technologiques et scientifiques au Canada et à l'étranger. Les entreprises canadiennes avaient ainsi accès à un vaste réseau de connaissances et de ressources pour répondre à leurs besoins commerciaux.

Au cours des années 1980, le PARI CNRC est devenu un programme robuste offrant un nouveau niveau de soutien et d'expertise pour aider les entreprises canadiennes à réussir. En 1985, le Programme a présenté de nouvelles technologies à 4 300 entreprises et a répondu à plus de 7 000 demandes de renseignements techniques. Au cours de l'exercice suivant, le PARI CNRC a versé 70 millions de dollars aux entreprises canadiennes pour le financement de la R-D, ce qui a mené à la création de 12 000 emplois à temps plein, à 1,5 milliard de dollars de nouvelles ventes et à 500 millions de dollars de PIB. À la fin des années 1980, le PARI CNRC avait pris de l'ampleur et offrait 11 programmes et initiatives pilotes différents pour faire progresser le développement technologique au Canada et aider les PME à se hisser à l'avant-garde de l'innovation.

Soutien à l'innovation des PME prometteuses et de l'industrie canadienne en évolution

Lors des années 1970, les retombées du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) sur l'industrie devenaient de plus en plus évidentes. Le nombre de postes de recherche que le Programme a aidé à établir à travers l'industrie continuait d'augmenter, ce qui représentait plus d'offres d'emploi pour des scientifiques et des ingénieurs de partout au Canada. Des améliorations se traduisaient également par la croissance des compétences et des capacités technologiques des entreprises soutenues par le PARI CNRC, grâce au nombre grandissant de nouveaux projets de recherche et développement entrepris.

Les années 1970 ont également vu que les petites entreprises canadiennes se tournaient de plus en plus vers la recherche, reconnaissant que la voie du succès nécessitait des efforts en R-D. Au cours de la décennie, plus de 50 % des fonds du PARI CNRC ont été affectés à des projets touchant des petites et moyennes entreprises. Trente-six pour cent du financement total est allé aux petites entreprises de moins de 200 employés, 19 % aux moyennes entreprises de plus de 200 employés, et 45 % aux grandes entreprises de plus de 1 000 employés. Le PARI CNRC appuyait toutes les industries, mais ce sont les entreprises de l'industrie électrique et électronique qui ont reçu la plus grande part (23 %) des fonds. Cette tendance représente une évolution importante de l'industrie canadienne, qui reconnaissait déjà le potentiel croissant des industries de haute technologie.

À la fin de la décennie, le PARI CNRC s'est élargi pour inclure 2 volets de financement différents. Ceux-ci s'ajoutaient au programme initial de partage des coûts du PARI CNRC, qui couvrait les coûts salariaux du personnel travaillant à des projets de recherche approuvés et jusqu'à 40 % des coûts totaux des projets. L'un des nouveaux volets – le Programme d'étudiants stagiaires en sciences et en génie – permettait aux entreprises d'embaucher des étudiants pour l'été afin de contribuer à leurs objectifs scientifiques et techniques, ce qui aidait les stagiaires à acquérir une expérience professionnelle précieuse dans le secteur de l'innovation. L'autre volet est issu du nombre croissant de petites entreprises qui voulaient s'initier à la R-D par le biais de projets de recherche à plus petite échelle. Le PARI CNRC se réorientait ainsi pour soutenir les petites entreprises et les petits projets.

Le PARI CNRC entrait dans une nouvelle ère, une ère qui visait à étendre le soutien à l'innovation aux petites entreprises en plein essor partout au Canada. L'innovation ne se limitait plus aux grandes entreprises ou aux entreprises bien établies – elle devenait plus accessible à l'ensemble du milieu des affaires et constituait un tremplin essentiel vers le succès.

Élargir les capacités de recherche au Canada

L'origine du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) remonte à 1947, quand le gouvernement canadien a cédé les rênes du Service d'information technique (SIT) — organisme précurseur — au CNRC. L'idée était que les fabricants disposent d'un point de contact pour accéder aisément à l'information scientifique, surtout celle concernant les procédés de fabrication et les applications des nouveaux matériaux.

Les SIT devaient dispenser des services consultatifs à l'industrie canadienne afin de relancer l'économie après la guerre. D'emblée, leur impact a été évident. En effet, tout en constituant leur réseau, les SIT ont enregistré 3 657 demandes de renseignements d'entrepreneurs canadiens dès la première année, suivies de 4 430 supplémentaires en 1948.

Beaucoup de demandes concernaient un problème industriel. Il n'était pas rare de voir quelqu'un revenir à la charge et présenter de nombreuses demandes, ayant trouvé extrêmement utiles les conseils prodigués par les SIT en réponse à une demande antérieure.

Il devint vite clair qu'un bureau central situé à Ottawa ne suffirait pas à la tâche, étant donné les besoins grandissants de l'industrie. Au début des années 1950, on installa donc des représentants régionaux des SIT localement, dans toutes les grandes zones industrielles du pays. On y parvint avec l'aide des provinces, en concluant des ententes avec des organismes de recherche provinciaux.

Durant les années 1950, les SIT procurèrent de l'aide à l'industrie canadienne dans le cadre de divers projets novateurs, dont :

  • l'utilisation d'eau pour mettre les fruits et les légumes en conserve;
  • l'usage de propane comme carburant pour les automobiles;
  • le soudage de l'acier inoxydable.

À la fin de cette décennie, une chose était sûre : les secteurs canadiens où florissait l'innovation avaient une soif insatiable pour l'aide spécialisée.

Le PARI CNRC dans les années 1940 et 1950

En 1962, le Service d'information technique (SIT) était officiellement rebaptisé « Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada » (PARI CNRC). À l'époque, il avait essentiellement pour but d'aider l'industrie à devenir plus compétitive et à innover davantage en l'incitant à se doter d'équipes de recherche-développement. Le PARI CNRC continuait de dispenser les services consultatifs qui avaient fait sa renommée, certes, mais s'y ajoutait désormais un volet d'aide financière. En effet, le PARI CNRC octroierait des fonds à l'industrie afin qu'elle entreprenne des recherches privées, un peu comme on subventionnait les universités pour cela. Ce financement n'était toutefois pas offert sans contrepartie : les entreprises devaient absorber au moins la moitié du coût de chaque projet.

Consécutivement à l'élargissement de ces services, l'activité scientifique et industrielle s'accrut passablement au Canada, dans les années 1960. Entre 1963 et 1965, 1 nouvel emploi en recherche industrielle sur 3 au pays résultait du soutien financier procuré par le PARI CNRC. Quand arriva 1969, le programme appuyait 415 entreprises afin qu'elles investissent davantage dans leurs activités de R-D, avec pour conséquence maintes retombées positives.

Les entreprises ont emboîté le pas en investissant dans des installations de recherche et en augmentant leur budget d'exploitation annuel pour y inclure des équipes de recherche et de développement, avec pour résultats tangibles la publication d'articles, le dépôt de brevets et la création d'une foule de produits novateurs. Dans leurs rapports, les entreprises qui avaient bénéficié de l'aide du PARI CNRC durant cette période mentionnent d'importantes améliorations au niveau des produits et des procédés existants, mais aussi le développement de nouveautés. Les petites et moyennes entreprises qui s'initient à la recherche se sont multipliées au Canada et, dans la foulée, s'est amorcée une plus vive demande pour les talents scientifiques et techniques.

Message d'Iain Stewart, président du CNRC

Le 18 janvier 2022 marque le 75e anniversaire du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC). Tout au long de l'année à venir, nous revivrons l'histoire du PARI CNRC et ses contributions à l'écosystème canadien de l'innovation en présentant des entreprises et leurs histoires de réussite, et en soulignant le travail dévoué des membres de son équipe.

Créé pour accroître la capacité de recherche industrielle et pour soutenir les entrepreneurs, le PARI CNRC a joué un rôle prépondérant dans la croissance du Canada. Au fil des décennies, il a établi des liens dynamiques entre la science et la technologie pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes novatrices qui sont l'épine dorsale de la collectivité en tant que principaux employeurs et moteurs de l'économie à l'échelle locale et nationale.

Le PARI CNRC a connu une expansion considérable au cours des 75 dernières années. En 2020-2021 seulement, il a fourni de l'aide à 8 000 entreprises. Grâce à ses collaborations soutenues avec d'autres ministères et intervenants externes, il continuera de relever certains des plus grands défis du Canada. Il continuera aussi d'exploiter les possibilités d'innovation au pays, qu'il s'agisse de mettre au point des technologies propres pour aider à lutter contre le changement climatique ou de favoriser le développement de technologies transformatrices pour aider, protéger et sauvegarder les Canadiennes et Canadiens et bien d'autres dans le monde.

Plus récemment, le PARI CNRC s'est rapidement mobilisé durant les premiers jours de la pandémie de COVID-19 pour verser 250 millions de dollars afin de soutenir plus de 26 000 emplois dans les PME, ce qui contribue à protéger la prochaine génération de PME canadiennes. Ses efforts ont permis aux PME canadiennes de sortir de la pandémie en étant prêtes pour la croissance et la prospérité futures.

La valeur offerte par les programmes et services du PARI CNRC est le reflet de la qualité et du calibre de notre personnel. Mes remerciements et mes félicitations à toute l'équipe du PARI CNRC.

Message de David Lisk, vice-président, PARI CNRC

Le 18 janvier 2022, le Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC) célébrera ses 75 ans d'existence. Le PARI CNRC s'est adapté et a évolué au fil du temps pour aider les petites et moyennes entreprises canadiennes à répondre aux besoins et aux défis de l'heure, ce qui lui a permis de conserver sa pertinence au fil des décennies. Sa pertinence repose en grande partie sur son équipe talentueuse qui a la capacité et la souplesse de s'adapter au besoin. Cela a certainement été démontré au début et tout au long de la pandémie de COVID-19.

L'équipe du PARI CNRC a relevé les grands défis de la COVID-19 en travaillant et en offrant de nouveaux programmes et services de manières différentes. Nous avons soutenu 120 projets en réponse à la pandémie, allant de la fabrication de désinfectants pour les mains à la mise au point de vaccins et de produits thérapeutiques, en passant par les trousses de dépistage de la COVID-19. Nous avons presque triplé le financement de projet accordé à des entreprises canadiennes par rapport aux années précédentes. Chaque personne qui fait partie de l'équipe du PARI CNRC a contribué de façon importante à soutenir les entreprises canadiennes et à protéger les Canadiennes et Canadiens tout au long de la pandémie.

Aujourd'hui, grâce à un réseau national de plus de 460 employés répartis dans 110 endroits au Canada, le PARI CNRC continue d'offrir des programmes et des services pour aider les petites et moyennes entreprises à croître, à se développer et à prendre de l'expansion sur les marchés mondiaux.

Je remercie nos nombreux et merveilleux clients d'avoir travaillé avec nous, de nous avoir fait confiance et d'avoir collaboré à l'avancement de l'innovation canadienne au cours des 75 dernières années. Je tiens également à remercier et à féliciter sincèrement les personnes dévouées et talentueuses du PARI CNRC, anciennes et actuelles, qui ont fait de ce programme le succès qu'il connaît maintenant.

Le PARI CNRC : de sa fondation à aujourd'hui

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement canadien craignait une répétition des années sombres de la crise de 1930. Par précaution, il s'est attelé à trouver des applications commerciales aux technologies et au savoir-faire acquis pendant la guerre. C'est dans cette optique qu'a été créé le Service d'information technique (SIT) fédéral. Sa mission était de soutenir l'industrie manufacturière bourgeonnante afin qu'elle prospère dans le Canada de l'après-guerre.

Conseils techniques

Ce qui n'était au départ qu'un petit réseau d'employés dotés de compétences techniques, dont la principale responsabilité était de répondre aux demandes des entreprises canadiennes, s'est transformé en un service consultatif plus proactif. Initialement lancé sous l'égide du ministère de la Reconstruction et des Approvisionnements, le SIT a ensuite été transféré au Conseil national de recherches du Canada (CNRC), car on croyait que le programme pourrait bénéficier de l'expérience et des ressources du CNRC pour fournir des informations scientifiques et techniques à l'industrie.

Financement de la R-D par le PARI CNRC

Dans les années 1960, le CNRC s'est tourné vers les sciences appliquées dans l'industrie nationale. Le gouvernement l'a alors autorisé à venir en aide financièrement au secteur privé afin d'élargir les assises de la R-D industrielle. C'est à cette époque que le SIT a été rebaptisé Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC), le seul programme de cette nature à offrir une aide financière directe à la recherche effectuée par les entreprises canadiennes.

Le PARI CNRC d'aujourd'hui

À l'origine, l'information et l'aide financière offertes par le SIT aux entreprises étaient administrées séparément par le CNRC. Il a fallu attendre à 1981 pour que le PARI CNRC devienne le service intégré de conseils et de financement partagé de la recherche que l'on connaît, un instrument éminemment stratégique pour l'industrie. Encore aujourd'hui, il offre aux petites et moyennes entreprises (PME) des services consultatifs, de l'aide financière et un accès à des compétences entrepreneuriales et des savoir-faire scientifiques d'un haut calibre pour les aider à innover et à prendre de l'expansion. En 2020–2021 seulement, le PARI CNRC est venu en aide à plus de 9 300 entreprises.

Évolution du programme et nouvelles initiatives

Au fil du temps, le PARI CNRC a lancé de nouvelles initiatives pour mieux soutenir les entreprises clientes et l'exécution des programmes. Parmi les progrès réalisés, mentionnons la décentralisation des bureaux à la fin des années 1970 et dans les années 1980 en vue de faciliter la prestation de services consultatifs sur le terrain; l'évolution continue de la structure organisationnelle pour répondre aux nouveaux besoins en matière de mise en œuvre et d'administration des programmes; ainsi que le renouvellement et l'expansion des programmes offerts, comme l'ajout d'initiatives de collaboration internationale.

Le PARI CNRC International

Depuis 2013, le PARI CNRC International a créé une série de programmes pour mettre en relation les PME canadiennes avec le financement, les liens internationaux, les services de conseil, d'exportation et de soutien à l'innovation dont elles ont besoin pour accéder à de nouveaux marchés et à des chaînes de valeur mondiales. Il gère également la participation du Canada à EUREKA — le plus grand réseau public de coopération internationale en R-D et en innovation au monde, présent dans plus de 45 pays. L'intégration au réseau EUREKA permet de maximiser les avantages pour les PME canadiennes, en leur donnant accès à la technologie, à l'expertise et aux marchés en Europe et ailleurs.

Programme emploi jeunesse

L'idée d'un programme d'aide à l'embauche d'étudiants a germé au Québec dans les années 1970 avant de donner naissance au Programme emploi jeunesse (PEJ) qu'administre le PARI CNRC dans le cadre de la Stratégie emploi et compétences jeunesse du gouvernement fédéral. En vertu du PEJ, le PARI CNRC fournit une aide financière aux PME canadiennes pour qu'elles embauchent de jeunes diplômés canadiens issus de programmes d'études postsecondaires. Au cours de l'exercice 2020–2021, il a financé pratiquement 900 placements de jeunes talents.

Réponse à la COVID-19

La pandémie de COVID-19 a mobilisé toutes les sphères du CNRC. Dans le cadre de nouvelles initiatives comme le Programme Défi en réponse à la pandémie du PARI CNRC et de Solutions innovatrices Canada (SIC), le PARI CNRC a distribué plus de 14 millions de dollars à des innovateurs canadiens pour réaliser 13 défis qui contribuent à la lutte contre la COVID. Il continue aussi d'investir dans des PME canadiennes afin de soutenir les efforts du gouvernement fédéral pour consolider la capacité du Canada en fabrication d'équipement de protection personnelle, en conception de tests diagnostiques et en R-D expérimentale dans le but de commercialiser des vaccins et des thérapeutiques expérimentaux pour prévenir et traiter les infections au coronavirus.

Le CNRC a par ailleurs reçu des fonds supplémentaires pour lancer le Programme d'aide à l'innovation (PAI) du PARI CNRC, un programme temporaire de subventions salariales pour aider les PME canadiennes à traverser la pandémie. Le PARI CNRC s'est adapté rapidement à l'explosion de la demande et a octroyé plus de 370 millions de dollars en subventions à plus de 2 200 PME pour qu'elles préservent au-delà de 26 000 emplois.

Peu importe le défi, le PARI CNRC a su suivre l'évolution des besoins du Canada grâce à un modèle éprouvé qui a stimulé l'innovation et garanti le succès du programme pendant ses 75 années d'existence!

Souligner 75 années d'aide à l'innovation canadienne

Le 4 novembre prochain s'amorcera le compte à rebours de 75 jours qui précéderont le 75e anniversaire du Programme d'aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches du Canada (PARI CNRC). Pour souligner cet anniversaire, le PARI CNRC publiera un éventail stimulant de textes sur les moments marquants du programme et organisera des activités de sensibilisation de la population à ses réalisations depuis les tout premiers jours du Programme.

D'ici aux célébrations officielles de notre anniversaire le 18 janvier 2022, nous évoquerons nos succès passés par l'entremise de témoignages, de faits saillants et d'articles plus fouillés ainsi que par une nouvelle série de vidéos. Puis au cours de l'année de célébrations, à travers le regard de nos clients, intervenants et employés, nous reviendrons sur les succès du Programme, sur ses réussites passées, ses services les plus dignes de mention, ainsi que sur le dévouement de ses employés qui aident des petites et moyennes entreprises canadiennes depuis maintenant 75 ans.

Nous espérons que cette célébration du passé, du présent et de l'avenir du PARI CNRC inspirera nos lecteurs, et montrera à la nouvelle génération d'innovateurs canadiens le rôle clé que peut jouer notre Programme dans la poursuite de leurs ambitions.

Suivez-nous sur les médias sociaux afin de ne rien rater de notre contenu très stimulant!

Anne-Marie Harte, conseillère en technologie industrielle – Ontario

Anne-Marie Harte

Je suis arrivée au PARI CNRC il y a 5 ans, après avoir occupé des postes en ingénierie, en R-D et en études de marché pour différentes organisations dans divers secteurs. J'ai obtenu mon diplôme de premier cycle en génie physique à l'Université de la Saskatchewan – en tant que fille des Prairies, j'en suis très fière. J'ai également obtenu une maîtrise de l'Université de Western Ontario et un doctorat en génie mécanique et des matériaux de l'Université de Cambridge.

En tant que conseillère en technologie industrielle (CTI), mon rôle ne se limite pas aux conseils techniques; j'y vois plutôt une approche holistique. Nos clients au PARI CNRC exploitent des entreprises techniques. Ils viennent nous voir avec leurs défis et leurs possibilités, et nous devons leur offrir de l'aide de manière à ce que toutes les facettes de la technique et de l'entreprise soient alignées. En plus de leur expertise scientifique ou technique, les CTI ont aussi un bagage commercial. Sans cette combinaison, il serait difficile d'aider nos clients à innover et à évoluer. Aider les entreprises à se développer est la meilleure partie du travail d'un CTI. Nous avons tous connu du succès dans notre propre carrière et sommes maintenant en mesure de transmettre nos connaissances afin d'aider les autres à réussir également.

J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de liberté à explorer au PARI CNRC, qu'il s'agisse d'étudier une question à fond avec un client pour trouver une solution ou de s'impliquer à l'interne pour contribuer, établir des liens ou apprendre quelque chose de nouveau. J'en fais souvent l'expérience en tant que membre de l'équipe du secteur de la fabrication de pointe. J'ai l'occasion de travailler avec d'autres CTI pour discuter des défis et découvrir des possibilités qui s'offrent à nos clients dans ce domaine. Il s'agit d'un puissant groupe de réflexion qui collabore pour fournir des informations précieuses à nos clients et à nos collègues.

Je dois dire que l'un des aspects positifs de mon travail pendant la pandémie de COVID-19 est que j'ai pu rencontrer de nombreux collègues extraordinaires en dehors de mon domaine d'expertise et de ma région, que je n'aurais peut-être jamais eu le plaisir de rencontrer autrement. Le PARI CNRC est un groupe de merveilleuses personnes ayant différents antécédents, expériences et sens de l'humour. Mais nous avons tous le même souci de s'aider les uns les autres et de soutenir les nombreuses entreprises avec lesquelles nous faisons affaire.

Jean Léger, conseiller en technologie industrielle – Atlantique et Nunavut

Jean Léger

Je suis arrivé au PARI CNRC en décembre 1998 en tant que conseiller en technologie industrielle (CTI) pour la région du Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick. J'étais ingénieur civil de métier et j'avais de l'expérience en gestion de projets de construction. Au bout d'un an, j'ai été nommé représentant régional de l'équipe d'amélioration des processus d'affaires. Cette affectation m'a mis sur une voie accélérée pour apprendre tout ce qu'il fallait savoir sur le Programme et les processus, politiques et directives gouvernementales connexes. Peu de temps après, on m'a demandé de codiriger 2 importantes équipes chargées des processus opérationnels et des applications. Dans ce rôle, j'ai parcouru le pays pendant 2 ans et j'ai pu rencontrer et connaître presque tous les employés et postes du programme, ce qui a contribué à lancer ma carrière.

Cela m'a permis de contribuer aux initiatives nationales et de mieux servir mes clients en tant que CTI. Au cours de mes 23 années au PARI CNRC, j'ai eu la chance de faire partie de nombreuses équipes, tant régionales que nationales, formelles ou informelles, axées sur les programmes ou sur les clients. Les liens que j'ai tissés avec mes collègues de toutes ces équipes, du bureau central à Ottawa et de partout au Canada ont été extraordinaires. Je ne connais pas d'autre groupe de personnes aussi dévouées. Il n'y a pas de maillon faible au PARI CNRC; tout le monde excelle et pousse dans la même direction tout le temps, sans exception.

Depuis que je suis au PARI CNRC, j'aime aller au travail tous les jours. La meilleure partie de mon travail de CTI consiste à rencontrer mes clients, à connaître leurs ambitions, puis à trouver des moyens de les aider. Lorsqu'on est en contact avec des équipes et des entrepreneurs qui sont si motivés par ce qu'ils font et si déterminés à atteindre leurs objectifs, cela est source d'inspiration pour donner le meilleur de soi-même en retour. Je me souviens d'avoir demandé un jour à un client quelle était, selon lui, ma plus grande contribution à sa réussite. Il m'a répondu que je ne l'avais jamais laissé tomber dans les moments les plus difficiles, que je l'avais aidé à s'en sortir et que j'avais cru en lui à chaque étape. Cette réponse m'a marqué et sert maintenant de guide dans toutes mes relations avec mes clients.

Les difficultés sont nombreuses dans le monde des affaires, c'est l'aspect de la réussite dont on n'entend pas toujours parler, mais qu'on voit souvent en tant que CTI. C'est pourquoi, lorsque je travaille avec une entreprise et que je suis témoin des difficultés de croissance, des difficultés financières et d'autres défis, et que des années plus tard elle connaît un énorme succès, je sais ce qu'il lui a fallu pour y arriver. Je suis heureux de penser que le PARI CNRC a joué un rôle dans cette réussite.

Laurie-Ann Ulmer, adjointe administrative – Prairies

Laurie-Ann Ulmer

En octobre 2008, je suis arrivée au PARI CNRC après avoir travaillé pendant 3 ans à l'ancien Institut de biotechnologie des plantes du CNRC, à Saskatoon. Je me souviens très bien de l'entrevue téléphonique pour mon poste actuel. Mes enfants étaient en train de se préparer pour aller à l'école lorsque mon nouveau patron potentiel a appelé. J'ai alors dû naviguer l'entrevue tout en aidant mes enfants à s'organiser et à prendre la route. Plus tard, j'ai appris que c'est ce numéro de jonglage qui m'a valu le poste au PARI CNRC. J'avais prouvé ma capacité à gérer plusieurs priorités et tâches simultanément.

Aujourd'hui, dans ma région, nous sommes 4 adjoints administratifs à travailler en équipe de la même manière. Nous nous remplaçons les uns les autres et nous intervenons au besoin selon la situation, et ce, le plus harmonieusement possible. Une grande partie de notre succès repose sur les relations que nous avons établies avec tous les membres de notre équipe. Je m'assure de communiquer fréquemment avec mes collègues adjoints, mon superviseur, les directeurs, les conseillers et tous les membres de la région, de sorte que si quelqu'un a besoin d'aide, ils savent que je suis là pour offrir du soutien.

Il y a tellement de travail d'équipe au PARI CNRC, non seulement au sein de ma propre équipe, mais dans toutes les régions et divisions du Programme. Au fil du temps, j'ai appris à connaître et à bien apprécier ce que mes collègues font en arrière-plan pour m'aider à soutenir l'équipe. Il y a de nombreux domaines comme les finances, les ressources humaines, la technologie de l'information et les politiques – ils travaillent tous ensemble parfaitement en arrière-plan, de sorte que tout se déroule harmonieusement à l'avant-scène.

En tant qu'adjoints administratifs, nous sommes souvent les personnes à qui s'adresser dans toutes sortes de situations, et mon désir de trouver des solutions me fait parfois sortir de ma zone de confort. Qu'on me demande de diriger un groupe ou qu'on m'invite à participer à une nouvelle initiative, j'ai l'occasion de rencontrer de nouveaux collègues et de découvrir de nouvelles façons de faire, et cela m'aide à contribuer à ma façon. Ensemble, tous ces petits efforts s'additionnent, ce qui a un impact important sur la réussite du Programme et de nos clients.

Gilles Sarrazin, directeur régional – Québec

Gilles Sarrazin

Avec un diplôme en génie mécanique et une maîtrise en conception d'aéronefs, mon parcours professionnel m'a conduit directement au génie aérospatial. J'ai servi dans les Forces armées canadiennes pendant 18 ans, où j'étais responsable du soutien et de la maintenance de nombreuses flottes d'aéronefs. Après avoir pris ma retraite de l'armée, j'ai passé 20 ans à travailler pour Bombardier au développement de produits et de programmes et dans des rôles de soutien à la clientèle. Ainsi, lorsque je me suis joint au PARI CNRC en tant que conseiller en technologie industrielle (CTI) en 2016, j'étais fort de 38 ans d'expérience en aérospatiale.

Aujourd'hui, en tant que directeur régional, je m'occupe de l'élaboration de stratégies soutenant les PME de ma région. Je cherche les meilleures façons de relever les défis et les enjeux actuels de l'industrie pour répondre aux besoins de certains secteurs. Je m'efforce d'aider mon équipe à cerner les possibilités qui permettront au PARI CNRC de renforcer sa présence dans notre région, afin que mon équipe puisse faire ce qu'elle fait de mieux : offrir aux PME de précieux conseils et la meilleure expertise possible.

J'aime bien pouvoir prendre du recul pour avoir une vue d'ensemble de ma région et déterminer comment le PARI CNRC peut être le plus utile possible dans cet espace. C'est quelque chose que j'ai également vécu en tant que membre de l'équipe du secteur de l'aérospatiale. Je sais ce qu'il faut pour construire un aéronef et je connais la technologie de pointe qu'il faut pour y arriver. Si l'on ajoute à cela la capacité de prendre du recul pour voir où va l'industrie, et où elle devrait aller, on obtient un aperçu précieux qui nous permet de mieux aider nos entreprises à réaliser leurs innovations et d'établir le pont entre elles et l'industrie ainsi que d'autres PME pour la découverte de solutions. Maintenant, avec le PARI CNRC, je peux faire cela non seulement pour l'aérospatiale, mais pour tous les secteurs.

J'ai beaucoup appris sur ce qui se passe dans les divers écosystèmes industriels. Je suis étonné par les progrès de la haute technologie dans toutes les industries, à la grandeur du Canada et dans l'ensemble du PARI CNRC. J'apprends sans cesse grâce aux évaluations et à mon équipe, qui partage la même passion : soutenir les PME canadiennes.

Hélène Pepin, Conseillère en technologie industrielle – Québec

J'ai commencé à travailler comme conseillère en technologie industrielle (CTI) au PARI CNRC en 2020, forte de 40 ans d'expérience industrielle internationale dans les domaines de la propulsion aérospatiale, de la fabrication de pointe, des applications industrielles, de l'automatisation et de la robotique. C'est pendant mon séjour à Singapour, alors que je travaillais avec un organisme semblable au CNRC pour aider les PME et les grandes sociétés à mettre au point des technologies, que j'ai commencé à penser : « J'aimerais bien faire cela pour mon pays ». J'étais très heureuse de me joindre au PARI CNRC et de ramener mon expérience en sol canadien au profit des PME canadiennes.

L'industrie 4.0 constitue actuellement une importante tendance de développement. Cette transformation numérique intégrée touche non seulement la fabrication, mais aussi les modèles d'entreprise, de gestion et de ressources humaines. J'ai eu la chance d'être exposée aux nouvelles technologies soutenant la transformation de la fabrication pendant mon séjour à l'étranger. C'est un domaine important à explorer et à développer avec nos PME. En tant que CTI, j'ai à cœur d'aider les entreprises à optimiser diverses technologies de fabrication grâce à l'intelligence artificielle (IA), à l'apprentissage automatique, à la robotique, à la 5G et à la fabrication additive.

La spécialisation dans la fabrication en tant que CTI m'a permis d'entrer en contact avec une diversité de clients dans plusieurs industries, y compris ma spécialité d'origine – l'aérospatiale. Le fait de pouvoir aider les entreprises canadiennes à évoluer et à croître est très stimulant pour moi. Le travail que nous accomplissons par l'entremise du PARI CNRC est essentiel pour aider nos PME canadiennes à se tourner vers l'avenir.

Jonathan Davidson, Agent régional de soutien aux programmes – Pacifique

J'ai commencé ma carrière au PARI CNRC en tant qu'agent régional aux accords de contribution en 2008 et j'ai accédé au poste d'agent régional de soutien aux programmes en 2018. J'ai vu le programme évoluer considérablement au fil des années. Pour rester à jour, nous évoluons constamment, nous nous adaptons, nous acquérons de nouvelles compétences, nous mettons à jour notre formation et nos processus, et nous cherchons de meilleures façons de faire. Par conséquent, année après année, le PARI CNRC continue d'améliorer la façon d'offrir ses programmes et services à la clientèle.

Mon rôle consiste à aider mes collègues et notre clientèle à relever les défis auxquels ils peuvent être confrontés dans le cadre de la mise en œuvre de notre programme; la résolution de problèmes constitue donc une part importante de mon travail. J'ai l'occasion d'examiner différentes situations et de déterminer comment les résoudre, tout en restant conforme à nos politiques et règlements. C'est un poste à la fois très réactif et proactif, dépendamment de la journée. Je dois comprendre les politiques et les procédures en place, aller au cœur du problème, puis déterminer la meilleure marche à suivre pour soutenir mes collègues et nos clients, afin que la situation soit résolue à la satisfaction de tous.

Le PARI CNRC compte de nombreuses personnes talentueuses – chacune avec un bagage différent, une expertise différente et des expériences différentes. L'équipe peut donc tirer parti d'un large éventail de compétences et d'une grande diversité culturelle. Nous avons des employés qui viennent de partout dans le monde. Mes collègues m'ont parlé de leur pèlerinage à la Mecque, de leur enfance en Asie ou de leur scolarité en Europe de l'Est. Partager ces expériences personnelles est à la fois révélateur et enrichissant. Pour moi, la diversité au PARI CNRC est notre plus grand atout.

Ashif Tam, Adjoint administratif – Ontario

La meilleure partie de mon travail est d'aider mes collègues. Je cherche toujours à savoir ce dont ils ont besoin pour être efficaces, puis je fais tout mon possible pour les aider. Qu'il s'agisse de commander une certaine fourniture, d'inscrire quelqu'un à une conférence ou d'accueillir un étudiant ou une étudiante, je n'hésite pas à intervenir. Nous devons tous travailler en équipe, qu'il s'agisse du personnel administratif, des agents régionaux et agentes régionales des accords de contribution (ARAC), des finances, de la haute direction ou des conseillers en technologie industrielle (CTI). Chacun et chacune d'entre nous – peu importe son rôle – contribue à la réussite de notre programme et, au bout de compte, au succès de nos clients. Chaque fois que je lis une histoire ou un article qui souligne l'impact positif du PARI CNRC sur un client, même si je ne suis pas directement impliqué, je sais que j'ai contribué d'une certaine façon.

Depuis mon arrivée au PARI CNRC, j'ai eu la chance de côtoyer des personnes formidables. Nous partageons la volonté de faire de notre mieux pour les PME canadiennes et le désir de les soutenir de toutes les façons possibles. Une de nos activités d'équipe annuelles illustre bien cet esprit de solidarité. Juste avant les Fêtes, nous participons au défi des kilogrammes. C'est un de nos directeurs régionaux qui a eu l'idée, qui consiste à tenir une collecte de denrées alimentaires dans la collectivité et, pour le plaisir, à deviner combien de kilogrammes de nourriture nous avons amassé collectivement. Ces deux dernières années, cet événement est devenu virtuel, mais le résultat final est toujours le même : le gagnant a le droit de se vanter et de nombreux dons alimentaires sont faits pour servir la collectivité locale. Nous faisons beaucoup de choses formidables au PARI CNRC, tant à l'interne qu'à l'externe, et c'est un honneur pour moi d'en faire partie.

James Oickle, Conseiller en technologie industrielle – Atlantique et Nunavut

Avec près de 30 ans d'expérience en technologie sous une forme ou une autre, j'ai maintenant la chance de transmettre certaines des connaissances que j'ai acquises au fil des années. Plus important encore, je peux faire appel à mes divers collègues du PARI CNRC pour aider les PME canadiennes à créer de nouveaux produits et de nouveaux emplois et, au bout du compte, à représenter l'avenir de l'économie canadienne.

En tant que conseiller en technologie industrielle (CTI), je m'intéresse beaucoup à la façon dont une entreprise est structurée. Je dois comprendre l'équipe et ses projets, et savoir comment elle compte innover, évoluer et pénétrer de nouveaux marchés. Je travaille étroitement avec mes clients pour les aider à cerner les occasions et leur offrir les outils et l'expertise dont ils ont besoin pour saisir ces occasions.

Je ne fais partie de l'équipe du PARI CNRC que depuis peu de temps, mais j'ai déjà vu les effets positifs que nos services consultatifs et notre soutien financier peuvent avoir sur une entreprise. Je suis également ravi de l'engagement du PARI CNRC envers les communautés autochtones du Canada. En tant que membre du Réseau de soutien aux Autochtones du PARI CNRC, je vois de mes propres yeux comment les directeurs et les cadres supérieurs s'efforcent d'étendre nos programmes et nos services pour atteindre un plus grand nombre d'entreprises dirigées par des Autochtones – et selon leurs conditions.

Richard Lajoie, Conseiller en technologie industrielle - Québec

J'ai passé la plus grande partie de ma carrière dans la Silicon Valley, à occuper différents postes pour éventuellement devenir vice-président de la R-D au sein d'une société internationale qui se spécialisait dans la haute technologie. Avec le concours d'une très grande équipe d'ingénieurs, nous avons créé des logiciels d'apprentissage automatique, de reconnaissance de la parole, de biométrie vocale et d'analyse des données. Plusieurs années durant, j'ai cumulé une vaste expérience dans l'élaboration et la commercialisation de produits destinés à une clientèle constituée de grandes sociétés internationales.

Pendant plusieurs années, j'ai intimement participé à des fusions et à des acquisitions, ce qui m'a permis d'affûter mes compétences en finances et en évaluation technique. Par la suite, en tant que conseiller en technologie industrielle (CTI) du PARI CNRC, ces aptitudes m'ont permis d'évaluer rapidement une entreprise afin d'en cerner les forces et les faiblesses, et de déterminer les approches les plus efficaces à l'endroit des petites et moyennes entreprises (PME).

L'esprit d'entreprise est proprement incroyable au Canada et les PME se démarquent par leur vivacité. Après quatre années comme CTI, j'ai rencontré beaucoup de jeunes entrepreneurs de talent et j'éprouve toujours le même plaisir à les entendre m'exposer leurs idées novatrices, leurs espoirs et leur vision. Je m'estime privilégié de pouvoir participer activement à l'écosystème d'entrepreneurs canadiens qui aide les PME du pays à s'épanouir, mais aussi de pouvoir côtoyer des gens aussi brillants que mes collègues au PARI CNRC.

Erin Price, Agente régionale aux accords de contribution - Pacifique

En tant qu'agente régionale aux accords de contribution (ARAC), j'aime me lancer immédiatement dans l'arène en préparant les entreprises et en les guidant à travers les méandres du processus de demandes de remboursement. Je suis toujours là pour répondre aux questions qu'on me pose pendant un projet que finance le PARI CNRC. Les liens que mon poste me permet de nouer avec les clients persistent souvent, même longtemps après la conclusion du projet. Une cliente, par exemple, m'a appelée, tout excitée, pour m'apprendre que le traitement contre le cancer du sein élaboré par son entreprise venait de passer aux essais sur l'être humain et m'a remerciée pour l'aide que je leur avais procurée en cours de route. La partie de mon travail que je préfère est d'être présente pour épauler le client et le voir réussir. Je ne pourrais être plus fière que quand j'entends parler des réalisations d'un client du PARI CNRC au bulletin d'information. Et si jamais je découvre le produit d'un client avec qui j'ai travaillé au magasin du coin, eh bien oui, il atterrit dans mon panier. Pareilles connexions vont bien au-delà du projet et me rendent extrêmement fière du travail que j'accomplis.

Carl King, Conseiller en technologie industrielle – Atlantique et Nunavut

Ingénieur mécanicien de profession, je travaille au PARI CNRC comme conseiller en technologie industrielle depuis 1996. Ma carrière a débuté dans les mines, puis je suis passé au secteur manufacturier avant de bifurquer en construction et en gestion de projet. Après avoir consacré un certain temps à la construction de plateformes d'exploitation pétrolière extracôtières en Norvège, j'ai dirigé un projet ambitieux qui devait voir la conception et la construction, sur la côte est du Canada, d'une installation où seraient érigées des plateformes pour exploiter les gisements de gaz et de pétrole en haute mer. J'ai appris les difficultés que traversent les entreprises en démarrage, puisque j'ai créé et dirigé moi-même plusieurs entreprises florissantes. Mon expérience s'étend sur maints secteurs et je me considère comme un généraliste qui connaît bien ce dont une entreprise a besoin pour s'épanouir. Je compte un large portefeuille de clients dans diverses industries et avec chacun d'eux viennent différentes possibilités, souvent accompagnées de technologies et d'enjeux distincts. La technologie ne cesse d'évoluer et je suis fier de faire partie du PARI CNRC, un programme qui se consacre entièrement à faire en sorte que notre pays continue de croître et de prospérer, de progresser sur le plan technique et de garder sa pertinence dans un monde constamment aux prises avec le changement et la compétitivité.

Ernest Siu, Directeur régional – Prairies

Je suis arrivé au PARI CNRC comme conseiller en technologie industrielle en 2009 avant de devenir directeur pour la région des Prairies. L'aspect le plus important de mon travail, selon moi, consiste à m'assurer que nos clients obtiennent l'information dont ils ont besoin pour réussir. Le meilleur conseil qu'on puisse leur donner consiste à les guider afin qu'ils saisissent bien le marché et sachent dans quelle mesure leur produit ou leur service exerce une véritable attraction sur le consommateur. Les projets qui m'interpellent et m'apportent le plus sont ceux auxquels participent les entrepreneurs de la première heure. Non seulement ils débordent d'idées formidables, mais ils possèdent assez de détermination pour foncer. Cependant, il arrive qu'ils n'aient pas toutes les informations requises pour exploiter commercialement ces idées. Conseiller un client donne parfois lieu à des conversations difficiles, car notre but est qu'il réussisse. Quand l'un d'eux revient ensuite nous voir pour parler d'un nouveau modèle ou d'une idée neuve, je pense que cela en dit long sur sa motivation et sa ténacité, de même que sur son ouverture d'esprit face aux conseils d'affaire et techniques que lui prodigue le PARI CNRC.

Tamara Kononoff, Conseillère en technologie industrielle (Prairies) et cheffe de l'équipe du secteur agroalimentaire

Les équipes sectorielles du PARI CNRC sont formées de gens ultraspécialisés qui se réunissent pour mettre leurs connaissances et leur expertise en commun afin d'aider des clients du même secteur. Selon moi, un des principaux avantages de cette formule est la manière dont les équipes relaient les besoins de l'industrie aux ministères et dénichent des possibilités ou des synergies pour les PME du Canada. Les membres de mon équipe sont disséminés un peu partout au pays; il est donc facile de discerner les difficultés et les problèmes analogues à bon nombre de PME, puis de dresser un plan qui y remédiera globalement. Nous transformons les problèmes en opportunités. Le PARI CNRC dispose d'un réseau solide d'experts combinant savoir-faire et connaissances, d'un océan à l'autre. C'est à cette diversité que nous devons notre force. J'ai de la chance de pouvoir compter sur un tel réseau et de pouvoir échanger directement avec les membres des équipes. C'est la partie de mon travail que je préfère.

Mike Jain, Analyste de planification et de politique - Pacifique

Quand je suis arrivé au PARI CNRC comme conseiller en technologie industrielle (CTI), il était très important pour moi de créer des liens au sein et à l'extérieur de l'organisation. Je me suis d'abord efforcé d'établir des relations là où il n'y en avait pas. Je me rappelle avoir pris contact avec une entreprise qui, à mon avis, aurait cadré parfaitement dans le programme. J'ai fait un exposé sur le PARI CNRC, compte tenu du langage corporel des participants, j'ai compris qu'ils restaient sceptiques.

À la fin de la rencontre, les participants ont déclaré que le PARI CNRC ne ferait que leur compliquer la vie, que l'entreprise n'avait pas de temps pour cela, car il y avait trop à faire. La douche froide. Cette expérience a engendré chez moi le désir irrépressible de prouver le contraire en illustrant la souplesse du PARI CNRC et en montrant que son équipe pouvait s'adapter aux besoins de la clientèle afin de la satisfaire. Au fil du temps, je suis parvenu non seulement à entretenir des relations professionnelles avec cette entreprise, mais aussi à l'amener à faire confiance au programme. Qu'on travaille sur un projet ou plusieurs, les services et l'aide du PARI CNRC ne bénéficient pas qu'à la clientèle : leur impact se fait sentir dans maints domaines et il est positif. Quand elle progresse sur le plan technologique et prend de l'essor, une petite ou moyenne entreprise crée des emplois, élabore de nouveaux produits et trouve d'autres débouchés — autant d'activités qui profitent à l'économie du pays. Et c'est sans compter les produits ou services inédits offerts aux Canadiens. Parfois, les retombées dépassent les frontières du Canada pour être ressenties à l'étranger. Voir se concrétiser en temps réel les multiples bienfaits de notre travail me procure une grande satisfaction et me rend fier de faire partie du PARI CNRC.

Maj-Britt Herzog, Agente régionale aux accords de contribution — Prairies

Les agents régionaux aux accords de contribution (ARAC) jouent un rôle primordial en facilitant la prestation des services du PARI CNRC. En qualité d'ARAC, je travaille en collaboration avec des dirigeants, des conseillers en technologie industrielle (CTI), d'autres ARAC et des clients. Je suis convaincue que le PARI CNRC doit son succès à l'esprit d'équipe qui y règne. Cet aspect a pris une ampleur inattendue pendant l'administration du Programme d'aide à l'innovation du PARI CNRC, en 2020-2021. Ce programme provisoire devait aider les petites et moyennes entreprises innovantes à surmonter la pandémie de la COVID-19 en allégeant leur masse salariale. Les membres de notre équipe se sont épaulés inlassablement pour venir à bout d'une charge de travail extrêmement lourde, si bien que le programme a pu dispenser une aide précieuse aux entreprises, au moment opportun. Il est gratifiant de constater que ces efforts ont eu de véritables répercussions et ont réellement fait une différence — non seulement pour notre clientèle, mais aussi pour le Canada entier.

Andrew Bauder, Conseiller en technologie industrielle — International

J'ai du mal à croire que je travaille au CNRC depuis près de 20 ans! Je fais actuellement partie du bureau international du PARI CNRC, qui aide les entreprises canadiennes à innover en collaboration avec des partenaires de l'étranger. J'ai surtout travaillé en tandem avec les gouvernements brésilien et allemand ainsi qu'avec d'autres partenaires internationaux afin de mettre sur pied des programmes de financement et d'orchestrer la participation de PME canadiennes au développement de partenariats internationaux. En tant que responsable international des collaborations avec l'Allemagne pour le PARI CNRC, l'an dernier, j'ai contribué au lancement du programme Canada-Allemagne 3 + 2, un nouveau programme qui sollicite des projets de collaboration sur l'usage de l'intelligence artificielle (IA) en production industrielle. La conception et la mise en place du programme ont exigé passablement de collaboration, mais 32 partenaires canadiens et allemands de l'industrie, du milieu universitaire, d'instituts de recherche et des centres de recherche du CNRC se sont unis pour explorer des solutions aux problèmes de fabrication passant par l'IA. Le développement et l'élargissement de nos programmes internationaux nécessitent énormément de travail en coulisses, avec nos partenaires. Cependant, il s'agit d'un travail gratifiant, car rien n'est plus motivant pour moi que de rencontrer un client pour en savoir plus sur son entreprise et sur la manière dont il souhaite la voir grandir, puis l'aider à mettre ses plans à exécution et à s'attaquer aux marchés mondiaux.

Carlene Fuentes, Coordinatrice en gestion de projet, Habilitation de la clientèle

J'ai commencé ma carrière dans le secteur privé. J'avais un grand désir d'aider les entrepreneurs parce que je rêvais moi-même d'avoir ma propre entreprise. Alors, quand je suis arrivée au PARI CNRC en 2003, j'ai transposé ma passion pour l'entrepreneuriat à l'administration publique. Je voulais que mon expérience profite au programme. Depuis, je n'ai jamais cessé de chercher comment m'impliquer davantage. C'est en me diversifiant au fil des années, de toutes sortes de façons, que j'ai eu la chance de rencontrer de si nombreux collègues. J'ai participé à 15 reprises à la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada, et j'épaule l'équipe de la Fabrication de pointe du PARI CNRC depuis sa création. Maintenant, je fais partie de l'équipe qui organise les festivités du 75e anniversaire du PARI CNRC. Pendant près de 20 ans, j'ai travaillé dans de nombreux secteurs du PARI CNRC afin d'en apprendre toujours plus, de contribuer et de forger des liens, ce qui a rendu mon travail aussi intéressant qu'agréable. J'ai pu voir comment le simple fait de nouer contact et de collaborer avec des personnes à la grandeur du PARI CNRC fait en sorte que notre équipe soit forte à l'interne et nous rapproche de nos clients et de nos partenaires. Je ne travaille pas en première ligne, mais je fais tout ce que je peux en coulisses pour que le PARI CNRC connaisse du succès.

Anushiya Kumarakulasingam, Conseillère de programme – Bureau du vice-président du PARI CNRC

La première fois où j'ai entendu parler du PARI CNRC, c'était au cours d'une entrevue pour participer à un programme coop, et je me suis dit : « C'est là que je veux travailler. Je veux faire partie d'un programme qui a un grand impact pour le Canada! » La chance a voulu que je me joigne à cette équipe formidable, qui m'a aidée à grandir, aussi bien personnellement que professionnellement. Je me rappelle le tout premier exposé que j'ai donné à une réunion régionale. J'étais tellement nerveuse que je n'arrivais pas à lever les yeux de ma feuille. Il n'y avait pas de quoi être nerveuse, pourtant. Quand j'ai fini par redresser la tête pour regarder les gens dans la salle, ils souriaient tous. Ils étaient tellement chaleureux! Alors, j'ai posé ma feuille et j'ai commencé à parler. C'est à ce moment-là que j'ai compris que je faisais partie de l'équipe, que mes collègues étaient de mon côté, qu'ils m'appuyaient. Plus j'ai rencontré de collègues, partout au pays, plus j'ai réalisé que l'entraide est ce qui nous passionne vraiment. Cette passion nous anime et c'est elle, je crois, qui met le programme dans une classe à part. Au PARI CNRC, les gens ne sont pas seulement emballés par ce qu'ils font – ils éprouvent aussi une grande passion pour le travail d'équipe et cherchent à s'entraider pour grandir, s'épanouir et mieux aider les clients qui font appel au programme. En prenant la tête du projet qui commémorera les 75 ans du PARI CNRC, je savais qu'il faudrait absolument accorder aux personnes derrière le programme la place qui leur revient dans notre histoire et nos célébrations.

Pierre Vallée, Conseiller en engagement de la clientèle, Habilitation de la clientèle – Québec

En tant que conseiller en engagement de la clientèle (CEC), je donne des conseils aux entreprises et je les aiguille vers les ressources pertinentes, selon le stade où elles en sont, du point de vue de l'innovation et de l'expansion. Je procure souvent des services-conseils en jumelant les jeunes entreprises à d'autres organisations ou programmes. Obtenir de tels services quand on commence est capital pour beaucoup de petites et moyennes entreprises. Cela les aide à continuer sur leur élan, à innover et à croître davantage. Les CMC entretiennent un réseau fiable d'intervenants et de partenaires dans les régions et à l'échelle nationale, et ils collaborent entre eux pour offrir le meilleur service possible aux entreprises. Ce que j'aime du PARI CNRC, c'est que nous appuyons des entreprises innovantes, ce qui signifie que nous n'arrêtons jamais d'apprendre. J'ai de la chance de faire partie d'une organisation qui rassemble autant de connaissances et où règne un tel esprit de collaboration, une telle passion pour aider les entreprises et les collègues à réussir.

Geralyn MacDonald, Agente régionale de soutien aux programmes – Atlantique et Nunavut

Je suis arrivée au PARI CNRC il y a 23 ans et, en 2018, je suis devenue agente régionale de soutien aux programmes (ARSP). On compte au Canada 5 ARSP, des personnes qui partagent toutes le même désir de faire en sorte que les choses se déroulent bien et que les opérations soient optimisées. Nous formons une équipe ultra dynamique et chacun recourt aux talents et aux forces de ses collègues pour faciliter l'exécution et la prestation des activités du PARI CNRC en région. J'ai participé à beaucoup de projets et initiatives au fil des ans, dont plusieurs qui exigeaient une collaboration très étroite et des idées neuves au niveau de l'exécution. Au début de la pandémie, nous avons dû réagir sur-le-champ pour mettre en place les mécanismes et les outils essentiels aux trois rondes du Programme d'aide à l'innovation (PAI), un programme de subventions temporaire destiné à alléger la masse salariale de petites et moyennes entreprises novatrices. Nous avons tout mis en place en un temps record. Il a fallu accomplir une énorme quantité de travail, mais nous en sommes récompensés en sachant que cet exploit a permis aux entreprises de traverser une période très difficile. Voir le PARI CNRC prendre de l'expansion malgré les difficultés, profiter des occasions qui se présentent et atteindre des jalons importants en cours de route, c'est être témoins de notre capacité d'adaptation et de la détermination avec laquelle nous cherchons à répondre aux besoins de notre clientèle.

Dennis Sindrey, Conseiller en technologie industrielle et responsable de l'équipe d'experts en trousses de tests de diagnostic et de dépistage — Ontario

Lorsque la pandémie de COVID-19 a déferlé sur le monde, le PARI CNRC a mis sur pied des équipes d'experts pour s'attaquer aux problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement de matériel médical essentiel et aider ainsi à trouver des solutions canadiennes. Comme je travaille dans le secteur de la biotechnologie depuis 27 ans, dont 13 ans à titre de conseiller en technologie industrielle (CTI), et que je compte dans mon portefeuille de clients des domaines du diagnostic, des dispositifs médicaux et de la thérapeutique, on m'a demandé de diriger l'équipe d'experts en trousses de tests de diagnostic et de dépistage du PARI CNRC.

L'équipe a contribué à recenser des PME qui disposaient des bonnes capacités commerciales, techniques et de fabrication dans les domaines visés pour produire des solutions pour le pays et à des fins d'exportation. L'une de mes responsabilités particulières dans le cadre de ce poste était d'aider l'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto à mettre en place des capacités de biosurveillance à l'aéroport Pearson de Toronto. Ce défi m'est apparu comme une occasion de mettre à l'essai les technologies canadiennes de diagnostic disponibles. Nous avons donc mis en place des laboratoires temporaires dans deux aérogares et fait appel à un client du PARI CNRC qui travaillait à mettre au point un test antigénique rapide, de même qu'à un autre client qui travaillait à mettre au point une nouvelle application pour la technologie infrarouge capable de signaler les biomarqueurs de la COVID-19 grâce à un balayage du doigt de 30 secondes. Nous avons aussi sollicité la participation d'un client du PARI CNRC qui possédait un test de diagnostic PCR approuvé par Santé Canada, de manière à ce que la mise à l'essai de ce test puisse être validée à la fin du projet. En outre, nous avons mis l'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto en contact avec un autre de nos clients qui était en mesure de fournir un système de données infonuagique qui est capable de traiter les résultats des tests et de les envoyer directement aux téléphones cellulaires des passagers, afin qu'ils puissent montrer un résultat négatif avant l'embarquement. Au total, l'essai a permis de tester 33 000 passagers et employés et de détecter 115 cas positifs. C'était extraordinaire de réunir toutes ces PME pour mener à bien l'essai, et encore plus extraordinaire de voir ce que le Canada peut accomplir.

Maria Negulescu, Conseillère en technologie industrielle et responsable de l'équipe d'experts en équipement de protection individuelle — Ontario

L'équipe d'experts en équipement de protection individuelle (EPI) du PARI CNRC a travaillé d'arrache-pied pour aider les entreprises canadiennes à surmonter les difficultés liées à la transition vers la fabrication d'EPI. Leur travail allait bien au-delà du seul examen des spécifications pour la fabrication d'écrans faciaux, de blouses, de masques et de respirateurs. Au début de la pandémie de COVID-19, il n'y avait au Canada aucun fabricant d'EPI, aucune norme en la matière et aucun laboratoire agréé capable d'autoriser l'utilisation d'EPI.

Il y avait de nombreuses lacunes à combler et un grand nombre de solutions à trouver à l'intérieur d'un très court délai. C'est pourquoi le PARI CNRC et de nombreux intervenants — y compris l'Association canadienne de normalisation, Innovation, Sciences et Développement économique Canada, la Supergrappe « Fabrication de prochaine génération Canada », Santé Canada, le Centre de recherche en métrologie du CNRC et son programme Fabrication de pointe, l'Agence de la santé publique du Canada et le Conseil canadien des normes — ont uni leurs efforts pour combler ces lacunes. Grâce à un travail colossal réalisé en peu de temps, nous avons pu mettre au point un écosystème qui appuie les capacités de fabrication canadiennes en EPI.

Dans les premiers jours de la pandémie, plus de 130 PME canadiennes se sont mobilisées pour effectuer une transition vers la production d'EPI. Je suis reconnaissante d'avoir fait partie de l'équipe du PARI CNRC et d'avoir contribué à cet effort. Ensemble, nous avons accru la production canadienne d'EPI et travaillé à la normalisation et à la distribution d'EPI afin de protéger les professionnels de la santé canadiens qui se trouvent aux premières lignes de la lutte contre la pandémie. C'était une expérience extraordinaire et je suis reconnaissante à mes collègues de l'équipe d'experts en EPI pour leur travail acharné et leurs contributions.

Perry Quan, Directeur, PARI CNRC International

J'ai rejoint l'équipe de PARI CNRC International en 2013, alors qu'elle était pour ainsi dire en démarrage, et je suis devenu chef d'équipe. Même s'il était essentiel d'assurer un soutien financier aux entreprises canadiennes, l'accent a également été mis sur la mise en place d'offres de services consultatifs dans le but d'aider les PME canadiennes à formuler des stratégies et des plans d'innovation conjointe internationale, ainsi qu'à tisser des partenariats clés en R-D auprès d'innovateurs à l'étranger. L'un des aspects les plus intéressants et gratifiants de ce travail est d'être à l'œuvre sur le terrain un peu partout dans le monde pour appuyer les clients canadiens en temps réel, les aider à repérer les possibilités de partenariat et les conseiller sur les questions de collaboration, comme des questions d'ordre commercial, financier, techniques ou autres. Le soutien que j'apportais aux clients n'était pas que de nature technique ou commerciale, mais portait également sur la manière d'interagir avec des personnes d'autres cultures, de faire face à des pratiques commerciales différentes et de s'y retrouver dans un contexte commercial inconnu. L'esprit d'entreprise de PARI CNRC International, qui sert aujourd'hui plus de 500 PME canadiennes par année, se concrétise de nombreuses façons, notamment par l'élaboration de nouveaux programmes internationaux et leur mise à l'essai, l'investissement dans les programmes qui fonctionnent et leur mise à l'échelle, de même que l'acquisition de vastes connaissances en cours de route.

Paul Barran, Conseiller en technologie industrielle et membre de l'équipe du secteur biomédical — Pacifique

Je suis conseiller en technologie industrielle (CTI) au PARI CNRC depuis plus de 20 ans. Depuis mes débuts au PARI CNRC jusqu'à aujourd'hui, la collaboration est restée au cœur de la réussite du programme. Je fais partie de l'équipe du secteur biomédical du PARI CNRC, qui constitue un point d'accès et de ressource non seulement pour le PARI CNRC, mais aussi pour les autres ministères et la communauté en général. Par exemple, les centres de recherche du CNRC font appel à nous pour obtenir des renseignements sur l'industrie, notamment pour prendre le pouls du marché, déterminer s'il existe des débouchés pour un certain type de technologie et comprendre comment accéder au marché. Nous collaborons également avec des organisations, comme l'Agence spatiale canadienne (ASC), qui ont un vif intérêt pour la mise au point et l'adaptation de technologies médicales dans la perspective de l'exploration spatiale et de la santé des astronautes. L'ASC a fait appel au savoir-faire de l'équipe du secteur biomédical pour mieux connaître les capacités du Canada dans ce domaine ainsi que les technologies canadiennes en cours de mise au point qui pourraient être adaptées au secteur spatial. J'ai collaboré de façon très étroite avec bon nombre de personnes dans le cadre de mon travail au PARI CNRC, et les résultats obtenus se sont révélés d'une valeur inestimable. Tout au long de ma carrière, j'ai aidé à consolider l'industrie des sciences de la vie au Canada. Il est gratifiant de voir comment l'industrie évolue au fil du temps, et de constater la contribution apportée par le PARI CNRC.

Alain Brizard, directeur, Expertise en programmes – Services de la division

En ma qualité de responsable de l'équipe Expertise en programmes, mon travail comporte deux volets : d'abord, concevoir des programmes, puis veiller à leur bonne mise en œuvre. Cette dernière étape suppose l'offre d'un soutien continu aux employés afin qu'ils aient à leur disposition les outils et le savoir-faire nécessaires pour servir le mieux possible nos clients. Même si mon rôle a évolué au cours des quelque 20 dernières années, la nécessité d'offrir des conseils judicieux demeure.

Certains des projets auxquels j'ai participé ont été des jalons importants pour le PARI : uniformisation des accords de contribution, élaboration du Manuel de service unique pour l'ensemble du PARI et collaboration au système SONAR (notre système de gestion de cas). Dans tous ces projets, il était primordial pour moi que les gens aient confiance dans la capacité du bureau central de les aider à aller de l'avant et d'exécuter le programme. À mon avis, le meilleur moyen d'autonomiser les gens consiste à les écouter afin de bien comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas sur le terrain. La conciliation des intérêts supérieurs de nos clients, de nos employés et du programme que nous a commandé le gouvernement passe par la création de valeur pour tous.

J'ai commencé à travailler au PARI au cours du millénaire précédent et j'ai toujours eu le sentiment qu'au PARI, tous les employés ont à cœur d'offrir de la valeur sur tous les plans. Quiconque arrive au PARI ne peut que le ressentir et en être fier.

Denise Prévost, agente de programme – Services de la division

Je travaille au PARI depuis 20 ans. En tant qu'agente de programme aux Services de la division, je mène constamment plusieurs dossiers de front. Une journée, je travaille à l'élaboration d'une politique, le lendemain à la fixation d'exigences fonctionnelles et commerciales, tandis qu'une autre journée encore, j'intègre un nouveau programme. J'adore les liens que je tisse avec mes collègues, non seulement parce que j'arrive ainsi à mieux répondre à leurs questions sur les politiques et le programme, mais aussi parce que je comprends leurs points de vue et ce dont ils ont besoin sur le terrain.

Il est important de disposer d'un bureau central qui s'occupe de l'intégrité du programme en arrière-plan afin que les collègues de première ligne aient tout ce dont ils ont besoin pour offrir un service exceptionnel. Même si je ne travaille pas en première ligne à la prestation du programme comme tel, lorsque j'entends que le PARI a contribué au succès de nos clients, je sais que nous tous au PARI y avons contribué, ce qui me rend très fière d'appartenir à cette équipe.

Jewelle Smith-Johnson, gestionnaire, Opérations et Finances – Ontario

Qu'il soit question de gestion des opérations, de supervision du programme de subventions et de contributions ou de compilation de données financières, toutes mes tâches exigent de créer des liens avec des collègues, des clients et d'autres intervenants et de collaborer avec eux. Ce sentiment de connexion et de collaboration s'est accentué pendant la pandémie avec le lancement du Programme d'aide à l'innovation. Ce programme de subventions salariales a entraîné une charge de travail considérable pour nombre d'entre nous; pourtant, nous nous sommes tous serré les coudes et avons travaillé dur pour faire en sorte que les entreprises canadiennes touchées par la pandémie reçoivent l'aide dont elles avaient besoin au moment où elles en avaient besoin.

Ce désir de se soutenir les uns les autres et de soutenir nos clients est partagé par toute l'équipe du PARI. Ma satisfaction de faire partie du PARI a été accrue par la culture organisationnelle du programme qui propose les valeurs d'équité, de diversité et d'inclusion. Je suis fière de contribuer à notre engagement organisationnel à écouter, à éduquer, à valider et à prendre des mesures positives afin de créer un environnement empreint de respect où tous les employés ont une chance égale d'atteindre leurs objectifs professionnels.

Cindy Yiu, adjointe administrative – Québec

Je travaille au PARI depuis bientôt 7 ans et mes tâches administratives sont très variées. J'ai souvent l'occasion d'apporter aide et soutien à mes collègues lors des périodes chargées du programme; ce qui me permet de découvrir, d'apprendre et par la même occasion de m'épanouir. En plus du travail continu de toute l'équipe à supporter, à accompagner et à conseiller nos clients – les compagnies avec qui on travaille – on peut aussi compter sur le soutien moral des collègues quand le besoin se fait sentir.

La solidarité et l'entre-aide sont présents, que ce soit sur le plan professionnel ou personnel. On se sent soutenu et bien entouré. Faire partie de l'équipe du PARI est très intéressant et enrichissant. Le travail assidu et constant de chaque membre du PARI, qui a pour but d'aider les clients à innover dans leur domaine respectif contribue à la réussite du programme. On ressent une immense fierté de travailler pour le bien du Canada.