Une publication du CNRC sur la COVID-19 attire l'attention du monde entier

 

- Ottawa, Ontario

Les experts des centres de recherche Nanotechnologie et Thérapeutique en santé humaine ont récemment publié un article largement consulté sur l'impact de l'infection par le SRAS-CoV-2 (le virus qui cause la COVID-19) sur le système nerveux central.

L'article — intitulé « Severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 may be an underappreciated pathogen of the central nervous system » (en anglais seulement) — a été publié dans Neurology, le journal officiel de la European Academy of Neurology, et fait partie des premières publications liées à la COVID-19 produites par le CNRC. Il est également l'un des premiers articles publiés par un groupe entièrement canadien à devenir viral. Voici les experts du CNRC qui ont collaboré au projet : Alam Syed Benazir, Steven Willows et Marianna Kulka (Nanotechnologies biomédicales) ainsi que Jagdeep Sandhu (Imagerie préclinique et microscopie).

Le document a déjà été consulté plus de 1 400 fois dans le monde entier et a reçu une attention considérable de la part des chercheurs travaillant sur la COVID-19.

Dans la publication, les chercheurs soulignent que bien que la COVID-19 ait d'abord été décrite comme une maladie respiratoire, de nouvelles données montrent que le SRAS-CoV-2 peut infecter presque tous les organes, ce qui rallonge sans cesse la liste des symptômes. En particulier, les symptômes neurologiques et les perturbations du système nerveux central sont courants chez de nombreux patients atteints de la maladie, et peuvent être un indicateur de la gravité de celle-ci. On y résume également certaines des données les plus récentes sur les maladies neurologiques associées à la COVID-19. Il est maintenant clair que le coronavirus peut infecter le système nerveux central et causer des dommages neurologiques à long terme chez les personnes atteintes.

Cette meilleure compréhension du virus, décrite par les chercheurs du CNRC, contribue à ouvrir la voie aux futures recherches dans ce domaine et à permettre le développement de meilleures stratégies thérapeutiques pour l'avenir.