Évaluation du Centre de recherche sur les dispositifs médicaux du CNRC

 

Format de rechange

Version PDF (PDF, 1,16 Mo)

 

Préparé par : Bureau de la vérification et de l'évaluation

Le présent rapport a été approuvé par le président du CNRC le 22 septembre 2019.

© 2019 Sa Majesté la Reine du chef du Canada, telle que représentée par le Conseil national de recherches du Canada

Cat No. NR16-298/1-2019F-PDF

ISBN 978-0-660-33078-5

Acronymes

ACS+ analyse comparative entre les sexes plus
ATS Centre de recherche sur l'automobile et les transports de surface
CE Comité d'examen par les pairs
DM Centre de recherche sur les dispositifs médicaux
CNR Conseil national de recherches du Canada
CRAFT le Centre de recherche et d'application en technologies des fluides
ET équivalent temps plein
NM niveau de maturité technologique
PARI programme d'aide à la recherche industrielle
PHQ personne hautement qualifiée
PME petites et moyennes entreprises
R-D recherche et développement
SMN société multinationale

Résumé

Le Centre de recherche sur les dispositifs médicaux (DM) aide les entreprises de dispositifs médicaux canadiennes, d'autres ministères et des sociétés multinationales à développer des technologies médicales novatrices susceptibles de donner lieu à la mise au point rapide, raisonnable, précise et économique de solutions susceptibles de sauver des vies, de réduire le fardeau administratif lié aux soins de santé et de créer de nouveaux débouchés économiques au Canada. Les recherches de DM sont structurées sur 3 axes : Diagnostics in vitro, Dispositifs implantables et Simulation et santé numérique. En matière de budget et d'effectif, DM est le plus petit centre de recherche du CNRC.

La présente évaluation porte sur la période de 2012-2013 à 2017-2018 inclusivement. Elle s'appuie sur une étude bibliométrique, des études de cas de projets menés avec 6 clients, un examen des données, un examen des documents de la littérature, des entretiens avec des personnes de l'interne et de l'externe, et un examen par les pairs effectué par des experts de l'industrie, de l'administration et des milieux universitaires.

Forces démontrées

Rendement
Les recherches effectuées par DM sont de premier ordre. Elles contribuent à l'avancement de la science dans le domaine des dispositifs médicaux. Les activités du centre de recherche ont aussi des retombées positives sur ses clients : elles stimulent l'innovation en entreprise et la croissance du secteur des dispositifs médicaux. Les recherches de DM sont positionnées de manière à générer des solutions qui appuieront les politiques publiques.

Caractère unique
Les recherches effectuées par DM répondent à un besoin. Elles présentent des caractéristiques uniques qui les distinguent de celles menées par d'autres acteurs du domaine. S'il arrive à croître suffisamment, DM sera en mesure de jouer un rôle encore plus important dans le secteur des dispositifs médicaux.

Possibilités d'améliorations

Pertinence de la recherche
La contribution de DM dans le domaine des dispositifs médicaux est appréciable. Le centre de recherche pourrait cependant mieux cibler les recherches de chacun de ses 3 axes afin d'en accroître les retombées.

Recommandation 1 : DM devrait concevoir et mettre en œuvre un processus de planification stratégique dans chacun de ses 3 axes de recherche et mettre à jour tous les ans ces plans. Ceux-ci devraient définir les occasions à saisir (p. ex., technologie de laboratoires sur puce de Diagnostics in vitro), réévaluer et réviser l'orientation des recherches, le cas échéant (p. ex., Simulation et santé numérique et Dispositifs implantables), et envisager la participation des utilisateurs finaux et réfléchir aux conséquences pour eux (p. ex., patients, populations marginalisées).

Engagement
À ce jour, DM a su bien choisir les parties intéressées avec qui il collabore. Il pourrait cependant intensifier ses efforts de sensibilisation et de communication afin de gagner en visibilité, et travailler davantage avec les sociétés pharmaceutiques, les grandes sociétés de produits diagnostiques et les organisations de santé communautaire.

Recommandation 2 : DM devrait formuler des plans d'engagement auprès des parties intéressées, par axe de recherche, puis produire des rapports sur les progrès accomplis afin de s'assurer que les efforts déployés sont en tout temps conformes aux plans stratégiques.

Recommandation 3 : DM devrait définir des stratégies pour accroître la sensibilisation à ses capacités au sein des secteurs d'activité pertinents, et plus particulièrement dans ceux où il est peu connu, mais qui sont porteurs d'occasions de croissance intéressantes

Capacités
DM possède les capacités, les compétences et les installations nécessaires à l'atteinte de ses objectifs et des possibilités de croissance s'offrent au centre de recherche, lesquelles pourraient générer des retombées encore plus importantes. La forte dépendance de DM à l'endroit de certains employés clés pourrait compromettre sa capacité de connaître du succès si ces employés décidaient de partir. DM doit investir dans ses installations actuelles afin qu'elles demeurent à la fine pointe du progrès et qu'il puisse ainsi assurer la pérennité de ses recherches.

Recommandation 4 : DM devrait doter chacun de ses axes de recherche d'un plan stratégique de perfectionnement des employés et de planification de la relève.

Recommandation 5 : DM devrait prioriser les investissements dans son installation majeure de Diagnostics in vitro, la salle blanche de bioanalyse, afin qu'elle soit en mesure d'accueillir les travaux en cours et d'assurer la croissance future.

Introduction

En 2018-2019, le CNRC a procédé à l'évaluation du Centre de recherche sur les dispositifs médicaux (DM) et analysé sa pertinence et son rendement. Le présent rapport donne un aperçu des principales constatations et conclusions de l'évaluation ainsi que des recommandations formulées.

Une évaluation du Centre de recherche sur les dispositifs médicaux et du programme Technologies de la santé a été effectuée en 2018-2019. La période couverte par l'évaluation allait de 2012-2013 à 2017-2018 inclusivement. L'évaluation a été effectuée conformément au plan en la matière dûment approuvé et conformément aux politiques du Conseil du Trésor. DM n'avait jamais fait l'objet d'une évaluation.

Le présent rapport commence par donner un profil de DM. Il présente ensuite les constatations de l'évaluation sur le caractère unique de DM, sur la pertinence de ses recherches, sur son engagement auprès des parties intéressées, sur ses capacités et sur son rendement. Cinq recommandations d'améliorations sont formulées à l'intention de DM.

Approche de l'évaluation

Méthodes
Afin d'optimiser les possibilités que leur travail génère des constatations utiles, valides et pertinentes, les évaluateurs ont eu recours à une combinaison de méthodes. Cette approche a permis de faire des recoupements (convergence de résultats découlant de différentes sources de données) et d'exploiter la complémentarité des données recueillies (p. ex., d'en venir à une meilleure compréhension de situations complexes grâce à l'exploration de leurs différents aspects).

  • Étude bibliométrique (analyses des publications et des citations)
  • Études de cas (sur des projets menés en collaboration avec 6 clients)
  • Examen des données (données administratives et de rendement)
  • Examen de documents et de la littérature
  • Entretiens avec des personnes de l'interne et de l'externe
  • Examen par les pairs

Pour plus d'information sur les méthodes, y compris leurs difficultés et limites, se reporter à l'annexe A.

Questions
Les questions de l'évaluation ont été formulées en s'inspirant de consultations menées précédemment et en s'appuyant sur un examen de documents clés. Voici quelles étaient ces questions :

  1. Dans quelle mesure DM a-t-il orienté ses recherches vers les domaines les plus appropriés?
    1. En quoi les travaux de DM et le programme TS se distinguent-ils de ceux menés par d'autres (p. ex., les universités)?
    2. DM et le programme TS se concentrent-ils dans les « bons » domaines?
  2. DM et le programme TS se sont-ils engagés auprès des « bons » clients, collaborateurs et autres parties intéressées?
  3. Dans quelle mesure le centre de recherche possède-t-il les capacités, les compétences et les installations nécessaires à l'atteinte de ses objectifs?
  4. Dans quelle mesure DM est-il un chef de file de l'excellence scientifique dans les domaines du diagnostic in vitro, des dispositifs implantables et de la simulation et de la santé numérique?
  5. DM et le programme TS ont-ils contribué (ou se sont-ils positionnés de manière à pouvoir contribuer) à la croissance économique et à la prospérité du secteur canadien des technologies de la santé et des dispositifs médicaux?
  6. DM et le programme TS ont-ils contribué (ou se sont-ils placés en position de contribuer) à l'élaboration de solutions pour l'application des politiques publiques?

Profil

DM aide les entreprises canadiennes de dispositifs médicaux à la recherche de productivité, d'avantages concurrentiels et de croissance grâce à une offre de solutions technologiques et de recherche personnalisées. DM aide ses clients à développer des technologies médicales novatrices qui fournissent des solutions rapides, raisonnables, précises et économiques ayant pour objet de sauver des vies, de réduire le fardeau administratif lié aux soins de santé et d'ouvrir de nouveaux débouchés à l'économie canadienne.

Activités et ressources

Activités de recherche
Les activités de recherche de DM sont regroupées à l'intérieur du programme Technologies de la santé qui compte 3 grands axes :

  • Diagnostics in vitro : Développe des solutions de bioanalyse évolutives et abordables susceptibles d'être déployées dans différents contextes et notamment aux points d'administration des soins dans les centres hospitaliers, dans les cliniques diagnostiques, dans les établissements de recherche et de développement de médicaments et dans des applications des sciences de la vie.
  • Dispositifs implantables : Développe, fabrique et teste des matériaux biocompatibles pour la création de dispositifs orthopédiques.
  • Simulation et santé numérique : Offre des services de développement de produits qui répondent à des possibilités d'affaires en émergence dans les techniques d'accroissement de l'efficacité des interventions chirurgicales, les logiciels médicaux, l'infotechnologie en santé et la réadaptation à domicile.
  • Un axe de recherche en spectroscopie (imagerie in vivo) existait de 2012-2013 à 2016-2017, mais il a été dissous.

Ressources financières
De 2012-2013 à 2017-2018, DM a engagé des dépenses de 81,0 millions de dollars et généré des revenus de 16,7 millions de dollars. Les revenus provenaient d'un groupe de clients de l'industrie (46 %), des milieux universitaires et autres (32 %) et d'autres ministères (22 %). DM est le plus petit centre de recherche du CNRC, tant sur le plan des ressources financières que des ressources humaines (budget et effectif). DM représente 1 % du budget annuel total du CNRC et 2 % de son effectif global.

Revenus et dépenses (en M$) 2012-13 2013-14 2014-15 2015-16 2016-17 2017-18 Total
Revenus 2,8 M$ 3,3 M$ 1,8 M$ 2,7 M$ 2,6 M$ 3,5 M$ 16,7 M$
Industrie 34 % 20 % 21 % 38 % 71 % 81 % 46 %
Autres ministères 36 % 23 % 25 % 17 % 20 % 12 % 22 %
Universités et autres 30 % 57 % 50 % 45 % 9 % 7 % 32 %
Autres sources 0 % < 1% 4 % < 1 % < 1 % < 1 % < 1 %
Dépenses 21,8 M$ 16,0 M$ 12,3 M$ 10,4 M$ 9,6 M$ 10,9 M$ 81,0 M$

*Nota : Les chiffres de l'industrie pour 2017-2018 englobent 730 000 $ venant du programme de certificats de R-D du PARI visant à contrebalancer les rabais accordés aux PME canadiennes.

L'augmentation des coûts en 2012-2013 et en 2014-2015 était imputable :

  • à la création de bureaux satellites à Calgary, Halifax et London, et à la présence plus importante assurée à Winnipeg et à Ottawa par les anciens instituts qui constituaient alors DM (et qui ont été subséquemment démantelés);
  • à l'entretien de pièces d'équipement dont on a jugé ensuite qu'elles ne correspondaient pas au mandat de DM (p. ex., appareils d'IRM de l'axe de recherche Imagerie in vivo).

Ressources humaines et installations

Ressources humaines
DM compte sur un effectif total de 69 employés (au 31 mars 2018) répartis sur 3 sites. Il se divise en deux sections : Micro/nano dispositifs de bioanalyse et Simulation et santé numérique, qui exécutent les travaux dans deux des axes de recherche du programme Technologies de la santé : Diagnostics in vitro et Simulation et santé numérique. Le programme Technologies de la santé utilise dans une large mesure des ressources venant de DM (86 % de son effectif de 2012-2013 à 2017-2018 venaient de DM). Des employés sélectionnés du Centre de recherche ATS du CNRC ont pour responsabilité principale de mettre en œuvre le troisième axe de recherche du programme Technologies de la santé, en l'occurrence l'axe Dispositifs implantables, avec l'aide d'employés de DM. Voir à l'annexe C de DM.

Carte
Description détaillée de la carte

Boucherville (Québec)

  • 70 % de l'effectif
  • Installations et équipement :
    • Salle blanche pour microdispositifs de bioanalyse
    • Installation de fabrication de micro/nano dispositifs de bioanalyse en polymère
    • Laboratoire de microfluidique et fabrication de laboratoires sur puce en polymère
    • Installation de prototypage en microfluidique
    • Laboratoire de diagnostics moléculaires (cliniques, alimentaires, vétérinaires et environnementales)
    • Plateforme de logiciels orientés objet pour les simulations interactives
    • Laboratoire d'haptique interactive et de simulation
    • Laboratoire de biomécanique des tissus mous
    • Installation pour les matériaux fantômes imitant les tissus
    • Santé connectée et technologies cognitives de la santé
    • Laboratoire de fabrication de biomatériaux implantables et processus de fabrication
    • Installations de développement et de caractérisation des métaux, polymères, céramiques et de leurs composites

Winnipeg (Manitoba)

  • 27 % de l'effectif
  • Voici quelques exemples d'installations et d'équipement :
    • Génie, conception et simulation assistés par ordinateur
    • Technologies de spectroscopie (visible, IR, Raman, CARS, OCT)

Ottawa (Ontario)

  • 3 % de l'effectif
  • Aucune installation ni aucun équipement

Projets et clients/collaborateurs

DM a mené à terme ou mis en œuvre 147 projets pour le compte de 112 clients et collaborateurs uniques de 2012-2013 à 2017-2018. Avec le temps, il est progressivement passé de collaborations quasi exclusives avec des universités pour se tourner vers l'industrie. Dans l'ensemble, la plupart des projets exécutés étaient des projets de R-D stratégique (63 %) même si DM a aussi offert des services techniques, surtout à ses clients industriels (37 %).

Les clients de l'industrie comprenaient 51 PME et 16 SMN.

  • 96 projets : 58 % étaient des projets de R-D, 42 % des projets de services techniques
  • Revenus de 7,7 millions de dollars (revenus moyens/projet : 71 000 $)

Les clients de la catégorie universités et autres comprenaient 16 universités, 13 hôpitaux et instituts de recherche et 11 autres organisations.

  • 39 projets : 74 % de R-D, 26 % de services techniques
  • 5,3 millions de dollars de revenus (revenus moyens/projet : 126 000 $)

Les autres ministères clients étaient au nombre 4 : Agence canadienne d'inspection des aliments, Agence spatiale canadienne, Recherche et développement pour la défense Canada, Santé Canada.

  • 12 projets : 92 % de R-D et 8 % de services techniques
  • Revenus de 3,6 millions de dollars (revenus moyens/projet : 261 000 $)

Quelle est la différence entre la R-D stratégique et les services techniques?

La R-D stratégique est constituée de projets de recherche en collaboration entrepris avec des partenaires afin d'atténuer les risques de R-D et d'accélérer le développement commercial des innovations. Les projets de services techniques ont pour objet d'aider les clients à résoudre des problèmes techniques immédiats en leur offrant des services spécialisés contre rémunération (p. ex., essais et homologations, étalonnage, prototypage, démonstrations, mise à l'échelle et consultation).

Caractère unique

Constatation globale  : Les recherches de DM répondent à un besoin. Le centre de recherche possède des caractéristiques uniques qui le distinguent des autres acteurs dans le domaine des dispositifs médicaux.

Sources : Entretiens avec des personnes de l'interne et de l'externe, examen des données, examen de documents, examen par les pairs.

DM possède des caractéristiques uniques qui le distinguent des autres organisations effectuant de la recherche dans des domaines similaires.

Disponibilité de ses installations et de son équipement
Les installations et l'équipement de DM sont entretenus par des techniciens plutôt que par des étudiants, comme c'est le cas dans les universités. Cela assure la continuité des activités et un savoir-faire technique. La présence d'une équipe de fabrication permet aussi à DM de personnaliser et de construire les pièces nécessaires à partir de zéro, d'où un service plus complet que celui offert par d'autres.

Étendue du savoir-faire
DM possède un large éventail de compétences multidisciplinaires de longue date. En conséquence, il est en mesure de travailler avec une multitude de parties, des universités aux entreprises en passant par les cliniciens.

Absorption des risques
DM possède la capacité de faire de la recherche aux étapes préliminaires et d'absorber des risques que les entreprises ne sont pas en mesure de prendre ou qu'elles refusent de prendre.

Niveau de maturité technologique (NMT)
DM travaille en général dans des activités affichant un NMT de 4 à 6. Il comble ainsi le vide entre les recherches préliminaires (1 à 3) et le développement ultérieur (7 à 9). La présence de DM dans la fourchette des NMT 4 à 6 répond à un besoin de l'industrie. Le nombre de projets de R-D stratégique de DM est passé de 3 à 23 entre 2012-2013 et 2017-2018, ce qui dénote un intérêt certain de l'industrie pour la R-D novatrice. La décision du Centre de recherche de s'intéresser aussi à des projets présentant un NMT inférieur (de 1 à 3) dans le cadre de sa stratégie la plus récente (2019 à 2024) était nécessaire pour que DM soit en mesure de développer de nouvelles technologies et maintenir sa pertinence tout en offrant des solutions novatrices à l'industrie qui compte de multiples entreprises tournées vers l'innovation.

Échelle et capacités
DM peut passer du concept au prototype et par conséquent, travailler avec ses clients dans le cadre de projets qui couvrent l'ensemble de l'échelle des NMT.

« DM est professionnel et très réactif. Ses équipes sont robustes sur le plan scientifique et elles comprennent […] les besoins des entreprises… » — client de DM

Les centres de collaboration de DM réduiront les possibilités de dédoublement des efforts entre le CNRC et d'autres organisations effectuant de la recherche dans des domaines similaires.

DM est l'une des rares organisations canadiennes à effectuer de la recherche dans le domaine des dispositifs implantables et dans celui de la simulation et de la santé numérique. D'autres organisations sont cependant actives dans le domaine des diagnostics in vitro, comme DM. Plutôt que de se lancer dans une concurrence avec celles-ci, DM s'est associé avec les institutions dominantes dans ce domaine, le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (annoncée en juillet 2017) et l'Université de Toronto, et a créé avec eux le Centre de recherche et d'applications en technologies des fluides (CRAFT; création annoncée en novembre 2018).

Ces partenariats permettront à DM :

  • de miser sur le savoir-faire, les outils et les compétences complémentaires de ses partenaires;
  • de se rapprocher des universités;
  • d'accélérer le processus d'innovation pour le développement et la commercialisation de nouvelles technologies et d'applications de microfluidique;
  • de promouvoir le recrutement et la formation de boursiers postdoctoraux et d'étudiants de deuxième et troisième cycles;
  • de créer un écosystème d'innovation.

« La section de microfluidique effectue un travail unique qui revêt un intérêt exceptionnel aux étapes très préliminaires du continuum de la recherche. » — Personne de l'extérieur interrogée

Pertinence de la recherche

Constatation globale : Les recherches de DM ont apporté une forte contribution dans le domaine des dispositifs médicaux. DM pourrait mieux cibler mieux les recherches de chacun de ses 3 axes pour que ses travaux aient des retombées encore plus importantes et afin de saisir les possibilités qui s'offrent dans ce domaine. Un processus de planification stratégique systématique faciliterait ce ciblage plus précis.

Sources : Examen des documents/de la littérature, entretiens avec des personnes de l'interne et de l'externe, examen par les pairs.

Pertinence

Dans l'ensemble, les recherches de DM répondent à des besoins de société ainsi qu'à ceux de créneaux importants du secteur des dispositifs médicaux. Les travaux de chacun des axes de recherche de DM pourraient être précisés et ainsi générer des retombées encore plus importantes. Le potentiel de DM est nettement supérieur aux réalisations actuelles de l'organisation, mais l'exploitation de ce potentiel exige que DM atteigne une taille plus imposante.

Axes de recherche dissous
La décision de DM de dissoudre son axe Dispositifs in vivo en 2016-2017 était appropriée parce que ce domaine est saturé par la présence de multiples acteurs.

La décision de DM de ne pas maintenir son axe d'activités d'essais et d'homologation était fondée sur deux facteurs : chevauchements potentiels avec d'autres organisations du secteur et absence de compétences pertinentes au sein du CNRC. L'axe Imagerie implantable pourrait peut-être saisir l'occasion et collaborer avec d'autres parties (notamment, Santé Canada) dans ce domaine.

Axes de recherche actuels
Les recherches actuelles de DM sont conformes aux défis et possibilités de l'heure dans le secteur des dispositifs médicaux, notamment au changement en cours dans l'approche globale des soins de santé, la forte dépendance aux importations, la nécessité de commercialiser les fruits de la recherche et le vieillissement de la population.

Les 3 axes de recherche de DM ont apporté une contribution importante chacun dans leur domaine. Leurs orientations respectives sont bien orchestrées et fondées sur des capacités et des forces déjà en place au sein du CNRC (c.-à-d., celles des anciens instituts).

Les axes de recherche de DM pourraient cependant mieux cibler leurs efforts de recherche et générer des retombées encore plus importantes. À cette fin, il est essentiel; que DM prenne de l'ampleur. Voici quelques exemples :

  • Axe Simulation et santé numérique – L'accent pourrait être mis sur les traitements numériques (dont la réalité virtuelle n'est qu'une infime partie) et notamment, sur la surveillance visuelle et sans contact des signes corporels et des signes vitaux et sur l'analyse des flux de données.
  • Axe Dispositifs implantables – L'orientation pourrait être élargie pour inclure le soutien technique des dispositifs médicaux dans le domaine de la transformation des matériaux et de la mise à l'essai de nouveaux matériaux pour la fabrication de dispositifs implantables.
  • Axe Diagnostics in vitro – L'exploitation de la microfluidique et de la technologie des laboratoires sur puce pourrait être accentuée.

On trouvera plus de détails sur la pertinence des activités de chaque axe dans les pages qui suivent.

Pertinence — Axe de recherche Simulation et santé numérique

Recherches actuelles
Les travaux de DM sur les simulations interactives touchent à un large éventail de domaines importants pour l'industrie, pour la société et pour l'économie canadienne. Voici quelques exemples :

  • simulation de tâches médicales (p. ex., application de la réalité virtuelle à la formation des chirurgiens);
  • soins cognitifs (p. ex., application de la réalité virtuelle aux évaluations psychologiques);
  • soins interactifs à distance (p. ex., gestion des patients à distance).

Possibilités
Le CEP en est venu à la conclusion que DM gagnerait à revoir sa stratégie de recherche et à recentrer ses travaux sur la simulation et la santé numérique dans des domaines précis plutôt que de s'attaquer à de vastes questions. Il pourrait ainsi générer des retombées plus importantes au lieu de simplement apporter des contributions additionnelles comme il s'est contenté de le faire à ce jour. Il pourrait aussi être à l'origine de la prochaine grande percée technologique. DM pourrait recibler ses efforts dans les domaines suivants :

  • thérapeutiques numériques (dont la réalité virtuelle n'est qu'une infime partie), y compris la surveillance visuelle et sans contact des signes corporels et des signes vitaux, et l'analyse des flux de données;
  • évaluation et surveillance des thérapies psychiatriques et pharmaceutiques, dont le marché est beaucoup plus important que celui des thérapies psychologiques (celles actuellement ciblées par l'axe).

Pertinence — Axe de recherche Dispositifs implantables

Recherches actuelles
Les travaux de DM dans le domaine des dispositifs implantables se concentrent dans certains domaines possédant un potentiel de croissance certain sur le marché actuel ou à venir et répondant à des besoins sociaux. Voici quelques exemples :

  • orthopédie (p. ex., mousse de titane);
  • implants dentaires (p. ex., revêtement poreux).

Possibilités
Le CEP en est venu à la conclusion que DM doit réfléchir d'une manière plus stratégique au rôle que l'axe Dispositifs implantables peut jouer dans le domaine des dispositifs médicaux et élargir le spectre actuel des travaux effectués. Voici quelques exemples :

  • soutien au développement de dispositifs médicaux grâce à la transformation des matériaux;
  • essais de matériaux pour la fabrication de dispositifs implantables (p. ex., collaboration avec Santé Canada pour l'homologation des dispositifs implantables).

L'élargissement du mandat de l'axe Dispositifs implantables exigerait l'injection de ressources additionnelles. Il permettrait cependant de concentrer les retombées plutôt que de simplement apporter des contributions additionnelles.

Pertinence — Axe de recherche Diagnostics in vitro

Recherches actuelles
Les recherches actuelles de DM en microfluidique et dans le domaine des laboratoires sur puce sont concentrées dans des domaines importants pour les acteurs de l'industrie, mais aussi pour l'économie et la société canadiennes. Voici quelques exemples :

  • tests génétiques (p. ex., préparation des échantillons de cellules à briser pour en extraire des acides nucléiques où se trouvent l'ADN et les gènes);
  • maladies infectieuses (p. ex., tests de dépistage des tuberculoses latentes et des sepsies);
  • oncologie (p. ex., création de tests plus sensibles utilisables dans les cliniques d'oncologie).

Possibilités
Le CEP en est venu à la conclusion que les travaux de l'axe de recherche Diagnostics in vitro de DM pourraient mener à la création au Canada d'une industrie de plusieurs milliards de dollars. DM pourrait tirer un meilleur parti de ses technologies de microfluidique et de laboratoires sur puce. Le CEP a plus particulièrement formulé le commentaire suivant : « Le potentiel de DM en ce domaine est nettement supérieur à ses réalisations actuelles. DM possède une technologie de microfluidique que de grandes sociétés multinationales pourraient mieux exploiter que les PME qui constituent sa clientèle actuelle. Le savoir-faire de DM en ce domaine est suffisamment avancé et sa technologie atteint un degré de maturité suffisant pour attirer des investissements de grandes multinationales avec qui il pourrait collaborer. »

Les travaux de l'axe Diagnostics in vitro en sont à un stade moins avancé de développement que ceux de l'axe Simulation et santé numérique, alors le potentiel de croissance est nécessairement supérieur.

Planification stratégique

DM devrait appliquer une approche et un processus plus structurés pour définir les besoins de l'industrie et les prioriser, et ainsi maintenir sa propre pertinence.

Définition des priorités de recherche
Au cours des 5 dernières années, DM est passé d'un modèle d'innovation technologique « par l'offre » à un modèle mixte d'innovation par « l'offre et la demande » pour définir les orientations de ses recherches. DM définit les besoins de l'industrie par des interactions continues avec les parties intéressées et en participant à des foires commerciales et à des conférences.

Le CEP en est venu à la conclusion que DM aurait avantage à revoir sa stratégie de recherche, car il a constaté qu'un seul des 3 axes de recherche de DM (Diagnostics in vitro) s'est doté d'une vision stratégique à long terme. Cet axe concentre ses travaux sur la résolution de problèmes de grande envergure (p. ex., diagnostics de maladies infectieuses, sécurité alimentaire). L'orientation des priorités de recherche des deux autres axes est plus opportuniste. Ils se concentrent sur le perfectionnement de technologies existantes dans leurs domaines d'activité plutôt que de s'attaquer à de grands problèmes. Dans le cas de l'axe Simulation et santé numérique, cette stratégie visait à confirmer le prochain domaine de recherche. En procédant ainsi, on s'assurait de générer des revenus pendant que DM menait d'autres recherches à des étapes plus précoces du continuum comme celles sur ses technologies de microfluidique et de laboratoires sur puce.

Processus de planification stratégique
Dans tous les axes, il y a peu de signes de l'application d'un processus de planification stratégique structuré et systématique. Il serait pourtant important que chaque axe se dote de son propre plan stratégique annuel et à long terme.

Les plans d'engagement auprès des parties intéressées qui visent à structurer les efforts de sensibilisation et à définir les besoins de l'industrie n'ont pas été mis à jour depuis le lancement du programme TS en 2015-2016.

Même si rien n'indique que DM ait raté pour cette raison des occasions pertinentes, il existe un risque bien réel que les travaux du centre de recherche cessent pour cette raison de correspondre aux besoins du secteur des dispositifs médicaux, ce qui nuirait à sa capacité d'atteindre ses objectifs.

En perspective, la nouvelle commission consultative de DM (créée en 2018-2019) pourrait appuyer ses efforts pour définir les besoins de l'industrie et pour les classer par ordre de priorité, puis générer l'information nécessaire à l'élaboration d'un nouveau plan d'engagement auprès des parties intéressées.

Qu'entend-on par « innovation par l'offre » et « innovation par la demande »?

L'expression « innovation par l'offre » s'entend d'un processus où les inventions émergent d'un effort de R-D. L'expression « innovation par la demande » s'entend d'un processus où les inventions émergent d'un besoin que l'on souhaite combler.

Prise en compte des utilisateurs finaux

Lorsqu'il définit ses priorités stratégiques, DM aurait avantage à consulter les utilisateurs finaux de ses technologies et à prendre un peu plus en compte le fruit de ces consultations. Il devrait notamment tenir compte du résultat des consultations auprès des groupes issus de la diversité (ACS+), conformément à la priorité de l'administration fédérale de tenir compte de l'ACS+ dans toutes ses activités.

DM peut consulter les utilisateurs finaux de ses technologies et concentrer ou adapter ses recherches et technologies en fonction de leurs besoins.

Il y a peu de signes de l'existence de consultations entre DM et ses utilisateurs finaux sur la conception et la mise en œuvre de ses recherches et sur la poursuite de ses objectifs. Souvent, DM tient compte des points de vue des cliniciens, car il les considère comme les utilisateurs finaux de ses technologies. DM néglige cependant les points de vue des patients en tant qu'utilisateurs finaux. Il est important pour DM de prendre en compte les désirs de ces deux groupes lorsqu'il planifie ses projets de recherche.

De plus, les technologies sur lesquelles DM travaille ont des répercussions particulières sur des groupes précis de personnes, dont certains sont issus de la diversité. L'administration fédérale a fait une priorité de tenir compte des groupes issus de la diversité (c.-à-d., de l'ACS+) dans toutes ses activités.

Même si cette considération n'était pas obligatoire au moment où DM a été créé, le centre de recherche a la capacité de définir systématiquement les besoins de parties intéressées précises dans l'ACS+ et de leur accorder la priorité en concentrant et en adaptant sa quête de nouvelles technologies en fonction des besoins de ces groupes.

Voici quelques exemples :

  • Communautés autochtones – Les travaux de DM sur la tuberculose latente pourraient répondre à un besoin important de la communauté autochtone (la tuberculose a une incidence disproportionnée dans les communautés autochtones comparativement à la population en général). Par ailleurs, les travaux de DM sur les solutions aux points d'interventions et sur les soins interactifs à distance pourraient avoir des retombées très importantes pour les populations autochtones et celles habitant dans des régions éloignées.
  • Personnes handicapées – Les travaux de DM sur les orthèses pour personnes souffrant de hallux valgus (soins orthopédiques pour personnes souffrant de déformation de l'avant-pied) ont des retombées pour les personnes handicapées.
  • Aînés – Les travaux de DM sur les diagnostics moléculaires et sur les tests au chevet du patient de l'axe DIV ont des retombées sur la recherche d'outils diagnostiques efficaces et pratiques pour détecter les maladies chez les personnes du troisième âge. De même, les travaux de DM dans le domaine des soins cognitifs et de la réadaptation peuvent avoir des retombées pour les personnes âgées (p. ex., retombées sur les soins gérés et le tri des patients).

Qu'est-ce que l'ACS+?

« L'ACS+ est un processus analytique qui sert à évaluer les répercussions potentielles des politiques, des programmes ou des initiatives sur divers ensembles de personnes, femmes, hommes ou autres personnes non binaires. Le "plus" dans ACS+ signifie que l'analyse ne se limite pas au sexe (différences biologiques) ou au genre (la construction sociale du sexe), mais considère aussi les autres facteurs qui les recoupent. L'identité sexuelle est déterminée par une multitude de facteurs en plus du sexe, p. ex., la race, l'origine ethnique, la religion, l'âge ou le fait de vivre avec un handicap de nature physique ou intellectuelle. » — ministère des Femmes et de l'Égalité des genres

Engagement auprès des parties intéressées

Constatation globale : DM a jusqu'à maintenant travaillé avec les parties intéressées appropriées. DM pourrait étendre la portée de son action et intensifier ses efforts de communication afin d'acquérir une plus grande visibilité et d'intensifier sa collaboration avec les sociétés pharmaceutiques, les grandes sociétés de produits de diagnostics et les organismes de santé communautaire. Le centre de recherche aurait ainsi accès à de plus vastes marchés de recherche et à un volume potentiel accru et engendrerait des retombées plus importantes.

Sources : Études de cas, entretiens avec personnes de l'interne et de l'externe, examen de documents et de la littérature, examen de données, examen par les pairs.

Clients et collaborateurs

DM a travaillé avec des clients et collaborateurs de différentes catégories, dans des proportions appropriées à ses objectifs.

DM cherche à dynamiser le secteur canadien des dispositifs médicaux en offrant aux PME canadiennes et aux multinationales investissant des sommes considérables au Canada des services de recherche et des solutions technologiques, et en collaborant avec d'autres ministères à la poursuite des priorités du gouvernement du Canada. La combinaison de 112 clients DM est conforme à cette priorité stratégique.

La forte proportion de clients issus de l'industrie par rapport aux autres ministères est également appropriée. Elle reflète la pertinence de DM au sein de l'écosystème des technologies médicales. De 2012-2013 à 2017-2018, la provenance des revenus de DM s'est peu à peu déplacée d'une répartition relativement égale entre les autres ministères, les universités et les entreprises vers un modèle de revenus provenant surtout de l'industrie (81 % des revenus en 2017-2018). Pareillement, 60 % des clients et collaborateurs de DM appartenaient également à l'industrie.

DM a travaillé avec des clients et collaborateurs appartenant à de nombreuses catégories, plus de la moitié d'entre eux venant de l'industrie (2012-2013 à 2017-2018)
Diagramme circulaire
Description détaillée du diagramme circulaire
  Part de la clientèle
Universités 14 %
Autres organisations 21 %
Autres ministères canadiens 4 %
Multinationales 14 %
PME (canadiennes) 37 %
PME (étrangères) 9 %

*La catégorie « Autres organisations » comprend les hôpitaux et instituts de recherche, les administrations publiques étrangères et les organisations sans but lucratif. Cinquante pour cent de ces organisations étaient des hôpitaux ou des instituts de recherche.

Le montant des revenus de DM générés par employé entre 2015-2016 et 2017-2018 était plus élevé que celui des autres centres de recherche de la Division des sciences de la vie (moyenne de 50 000 $ par ETP comparativement à 40 000 $ pour l'ensemble de la Division).

Possibilités futures d'engagement auprès des parties intéressées

DM pourrait cibler d'autres clients et collaborateurs afin d'amplifier les retombées de ses activités sur l'économie canadienne.

Les travaux de DM avec ses clients et collaborateurs actuels ont contribué à sa capacité actuelle d'étendre son engagement à de nouvelles organisations dans de nouveaux domaines (p. ex., neurochirurgie dans le secteur des soins cognitifs).

De plus, une partie des travaux du centre de recherche a permis d'accroître la sensibilisation générale à ses capacités (p. ex., l'utilisation des technologies de DM dans des démonstrations lui a donné de la visibilité et accru la sensibilisation à ses capacités).

DM doit envisager d'autres possibilités d'engagement afin d'accéder à des marchés de recherche plus vastes dans lesquels les possibilités de volume élevé et de retombées sont plus importantes. Voici quelques exemples :

  • industrie pharmaceutique, surtout si DM concentre les activités de l'axe Simulation et santé numérique dans la thérapeutique numérique et la surveillance sans contact et visuelle des signes corporels et des signes vitaux, et sur l'analyse des flux de données;
  • grandes sociétés de produits diagnostiques, pour l'axe Diagnostics in vitro de DM afin d'exploiter davantage ses technologies de microfluidique et de laboratoires sur puce;
  • organismes de santé communautaires, y compris les organisations de santé autochtones, ce qui donnerait accès à d'importantes populations de patients et faciliterait la prise en compte des utilisateurs finaux.

Notoriété de DM

Si l'on fait abstraction de ses clients et collaborateurs actuels, DM est en général méconnu dans l'écosystème des technologies médicales.

Obstacles

  • Les ressources consacrées au développement des affaires, au rayonnement et à la promotion extérieure des travaux de DM sont limitées (un conseiller d'affaires, plus le DG de DM et deux chefs de groupe).
  • La nature confidentielle de certains projets empêche DM de s'en servir à des fins de promotion dans le cadre de présentations ou de publications.
  • La capacité de publier les résultats de recherche est limitée (en raison du contexte qui prévalait au CNRC de 2012-2013 à 2016-2017, période au cours de laquelle la publication d'articles n'était pas considérée comme prioritaire).
  • Les politiques de communications de l'administration publique sont restrictives et la présence de DM sur le Web est limitée, voire minimale.

Améliorations récentes

  • En novembre 2018, DM a embauché 3 chefs des relations avec la clientèle, un pour chacun de ses 3 axes d'activité.
  • Dans l'esprit général des changements apportés dans l'ensemble du CNRC en 2017-2018, on met davantage l'accent sur les publications et les présentations dans le cadre de conférences.

Possibilités

  • Accéder à un plus grand nombre de ressources expérimentées et spécialisées dans le développement des affaires et l'engagement auprès des parties intéressées (particulièrement des multinationales et d'autres acteurs clés).
  • Intégrer des entrepreneurs dans chaque axe afin d'aller au-delà des transferts de technologies et de sous traiter les rôles de développement.
  • Promouvoir plus activement l'excellence scientifique de DM par la publication d'articles et la participation à des conférences, des ateliers et des séminaires.
  • Définir des stratégies de communications novatrices dans le respect des politiques de l'administration publique et utiliser un éventail diversifié d'outils et d'instruments (p. ex., mise en valeur du rendement de DM dans le rapport annuel).

Capacités

Constatation globale : DM possède les capacités, les compétences et les installations nécessaires pour atteindre ses objectifs. Sa dépendance importante à l'endroit de certains employés compromet cependant sa capacité de connaître du succès si jamais ces personnes quittaient l'organisation. Des possibilités s'offrent à DM d'assurer la croissance de ses activités et de jouer un rôle encore plus important dans le domaine des dispositifs médicaux. DM devra investir dans ses installations actuelles afin de demeurer à la fine pointe de la technologie, un préalable indispensable à la poursuite de ses recherches dans l'avenir.

Sources : Examen des données, examen de documents et de la littérature, entretiens avec des personnes de l'interne, examen par les pairs

Capacités et compétences : situation actuelle

DM possédait des capacités et des compétences appropriées compte tenu de ses orientations. Son effectif possède des antécédents éloquents. L'exécution de la stratégie de DM est cependant fortement tributaire des chefs de groupe et de certaines ressources clés, ce qui représente un risque pour le centre de recherche.

Risque couru par l'ensemble du CNRC : capacité d'embaucher, de conserver et de former des PHQ

Souplesse démontrée malgré les contraintes institutionnelles
DM a démontré une souplesse relative à l'endroit de ses employés malgré certaines contraintes dont voici quelques exemples :

  • effectif moins important que prévu en raison des restrictions à l'embauche appliquées à l'ensemble du CNRC;
  • nécessité de miser sur le savoir-faire acquis par les anciens instituts du CNRC;
  • recyclage de certains employés de l'axe dissous sur l'imagerie médicale (Imagerie in vivo);
  • atteinte des objectifs du programme Technologies de la santé alors que les employés de DM ont aussi pour tâches de travailler à d'autres programmes du CNRC relevant d'autres CR (p. ex., programme de l'Électronique imprimable et les multiples programmes du secteur aérospatial).

DM a formé des employés dans le cadre de projets internes de R-D et en donnant aux employés le temps nécessaire au perfectionnement professionnel. En 2016-2017 et 2017-2018, 11 % du temps de travail des employés a été consacré au perfectionnement professionnel, ce qui est près du pourcentage cible de 15 %.

Capacités et compétences appropriées
DM possède des compétences et des capacités appropriées dans les domaines qu'il cible.

Selon le CEP, l'effectif de DM est bien équilibré. Plusieurs employés possèdent un niveau de compétences reconnu à l'échelle internationale, dont, nommément, les employés de l'axe Diagnostics in vitro avec son orientation actuelle sur la microfluidique. D'autres sont reconnus à l'échelle nationale.

Près de la moitié des employés de DM sont titulaires d'un doctorat. DM pourrait donc miser sur ses employés pour obtenir un plus grand nombre de postes de professeur adjoint. Cette mesure augmenterait sa capacité de s'appuyer sur le travail d'étudiants.

Planification des ressources humaines
DM dépend de ses chefs de groupe et n'a actuellement aucun plan de planification de la relève, ce qui expose le centre de recherche à un risque important. Le départ ou l'absence prolongée de ces personnes pourrait en effet compromettre sa pertinence et sa capacité d'atteindre ses objectifs.

Le plan opérationnel 2019-2020 de DM prévoit l'élaboration d'un plan de gestion des ressources humaines. Comme DM travaille actuellement à l'élaboration et à l'exécution de ce plan, il sera important de s'assurer de mettre en place un plan de planification de la relève applicable à l'équipe de direction et aux ressources vitales.

L'exposition de DM au risque de départ à la retraite de ses employés est minime puisque ceux-ci sont relativement jeunes par rapport à l'effectif global du CNRC. La plupart des employés de DM (61 %) ont en effet 45 ans ou moins. De nombreux employés de DM ont mentionné les deux raisons suivantes pour expliquer leur désir de demeurer dans leur poste actuel malgré les possibilités qui s'offrent à eux dans le secteur privé :

  1. travail intéressant;
  2. souplesse des conditions de travail qui assurent l'équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle.

Capacités et compétences : possibilités de croissance

DM a la possibilité d'assurer la croissance de ses activités et de générer des retombées plus importantes dans le domaine des dispositifs médicaux.

Capacités et compétences additionnelles
DM doit ajouter des compétences à celles qu'il possède déjà afin d'évoluer au même rythme que l'ensemble du secteur des dispositifs médicaux et de saisir les occasions qui se présentent. Le CEP estime que si DM ne prend pas les moyens nécessaires pour assurer sa croissance, il ratera une belle occasion et s'engagera dans un processus qui pourrait le conduire à l'obsolescence. Pour exploiter les nouvelles occasions qui se présentent aux 3 axes, des ressources additionnelles sont nécessaires.

Cela est particulièrement vrai pour l'axe des Dispositifs implantables. Même si les retombées à ce jour de ses activités sont convenables compte tenu de sa taille, DM pourrait néanmoins jouer un rôle plus important dans ce domaine, si l'axe en question prenait de l'expansion et si son mandat était élargi.

Pour que l'axe Simulation et santé numérique puisse se concentrer davantage sur la thérapeutique numérique et sur la surveillance sans contact et visuelle, il a besoin de compétences additionnelles dans ces disciplines.

DM a lui-même relevé plusieurs lacunes importantes sur le plan des compétences, des lacunes qui pourraient freiner sa progression. L'axe Diagnostics in vitro a détecté des lacunes de compétences en bio-ingénierie et en analyse de données moléculaires tandis que l'axe Simulation et santé numérique a cerné des lacunes en mécatronique et aurait besoin de programmeurs avec des connaissances pertinentes à ce secteur (notamment dans le domaine des neurosciences et des sciences cognitives) ainsi que de personnes possédant des connaissances dans l'utilisation des médias sociaux pour déployer des plateformes technologiques sur des dispositifs mobiles. Par ailleurs, une augmentation du nombre de techniciens permettrait d'accélérer les tests de validation des principes et d'assurer un meilleur entretien à un équipement vieillissant.

Stratégies de croissance
Compte tenu de l'exigence actuelle de maintenir ou réduire les dépenses de fonctionnement dans l'ensemble du CNRC, il sera difficile pour DM de croître. L'accroissement des capacités et des compétences de DM passe par sa collaboration avec l'industrie et les universités ainsi que par la création des centres de collaboration. La participation d'étudiants et de boursiers postdoctoraux facilitera la croissance du centre de recherche.

DM est aussi actuellement à la recherche d'options pour muter des employés dont les compétences s'arriment mal à ses nouveaux objectifs (en raison de la dissolution de l'axe Imagerie in vivo). Ces employés pourraient être mutés dans d'autres centres de recherche du CNRC, ce qui procurerait à DM la marge de manœuvre pour embaucher de nouvelles ressources possédant les compétences dont il a besoin.

Installations

Les installations de R-D de DM sont bien structurées et conviennent à ses besoins. Toutefois, l'équipement de l'installation principale de DM, en l'occurrence la salle blanche pour microdispositifs de bioanalyse, doit être actualisé afin de demeurer à la fine pointe du progrès. DM pourrait profiter de quelques occasions particulièrement prometteuses s'il était en mesure de faire quelques ajouts à son parc d'installations.

Risque applicable à l'ensemble du CNRC — Infrastructure vieillissante

Investissements en capital
DM a éprouvé des difficultés à procéder à des investissements en capital (mineurs et majeurs) afin d'améliorer ses installations. Cette difficulté s'explique en partie par la dissolution de deux axes de recherche et à l'annulation correspondante des dépenses en immobilisations connexes prévues, ainsi que par les restrictions imposées sur les dépenses en immobilisations majeures (parce que DM n'a pas réussi aussi bien que d'autres centres de recherche du CNRC à accéder au bassin limité de fonds réservés aux immobilisations majeures).

DM n'a pas obtenu les investissements en capital qu'exigent ses installations vieillissantes (de 2015-2016 à 2017-2018)
Investissements en capital
Description détaillée du diagramme à bandes horizontales

Dépenses prévues 5,2 M$

Dépenses réelles 2,7 M$

Caractère approprié des installations
L'axe Diagnostics in vitro possède de manière générale l'équipement dont il a besoin dans sa salle blanche pour microdispositifs de bioanalyse. L'âge de certaines pièces d'équipement (10 à 15 ans) est cependant préoccupant et des mises à niveau sont nécessaires pour que le centre de recherche demeure à la fine pointe du progrès et conserve sa pertinence pour les parties intéressées. En 2017-2018, l'aligneur de masque à double face « Infinity » a implosé, provoquant des émanations de vapeur de Hg dans le laboratoire. Ce risque de sécurité a cependant été atténué par le centre de recherche. Le système plus récent mis en place utilise un dispositif d'illumination laser plutôt que des lampes au mercure. Le système d'impression en relief à chaud à volume élevé, acheté en 2009-2010, était une des pièces d'équipement clé qui différenciaient le CNRC des autres dans ce domaine.

L'axe Diagnostics in vitro sera en mesure d'accéder à de nouvelles installations et de nouvelles pièces d'équipement grâce aux centres de collaboration créés de concert avec l'Université de Toronto et le CHU Sainte-Justine. Le CEP estime que si le CNRC investissait dans un centre de recherche et de fabrication pour son axe Diagnostics in vitro, le rendement sur le capital investi pourrait être important. Ce centre pourrait être créé en faisant cohabiter dans un même édifice des chercheurs d'universités, de l'industrie et du CNRC.

L'équipement de l'axe Simulation et santé numérique est à jour et à la fine pointe de la technologie. Des locaux additionnels pourraient être nécessaires. On pourrait utiliser à cette fin les locaux des établissements du CNRC à Vancouver qui appuient la supergrappe des technologies numériques.

L'axe Dispositifs implantables bénéficie de l'appui des installations de métallurgie en poudre du Centre de recherche sur l'automobile et les transports de surface. Le CEP estime que ces installations sont à jour et appropriées compte tenu des besoins de l'axe.

Rendement

Constatation globale : La recherche effectuée par DM est à la fine pointe et a contribué à l'avancement des connaissances dans le domaine des dispositifs médicaux. Elle a aussi eu des retombées favorables sur ses clients, en soutenant l'innovation en entreprise et la croissance du secteur des dispositifs médicaux. La recherche de DM est positionnée de manière à appuyer la recherche de solutions pour l'application des politiques publiques à venir.

Sources : Études de cas, examen par les pairs, étude bibliométrique, examen des données, examen des documents et de la littérature, entretiens avec des personnes de l'interne

Retombées scientifiques de la recherche publiée par DM

Les retombées scientifiques des recherches publiées par DM dans les milieux universitaires n'ont pas été aussi importantes que les retombées globales des publications du CNRC ou du Canada. Les résultats de recherche publiés par DM relevaient cependant davantage de la recherche appliquée et ont été utilisés en aval dans des brevets, dans des directives médicales ou directives de traitement, dans des politiques de santé et dans des évaluations d'assurance maladie.

Retombées dans les milieux universitaires
Le taux de citation des publications de DM entre 2012 et 2017 n'a pas été aussi élevé que celui des publications du CNRC et du Canada en général (voir annexe D pour les données par axe de recherche).

Facteur d'impact pondéré par discipline, 2012 à 2017
Facteur d'impact pondéré par discipline
Description détaillée du Facteur d'impact pondéré par discipline, 2012 à 2017
  Facteur d'impact pondréré par disciipline
Canada 1,51
CNRC 1,47
DM 1,05

Retombées dans des secteurs autres qu'universitaires
Les publications de DM entre 2012 et 2017 ont été citées dans un plus grand nombre de documents de brevet que les autres publications du CNRC ou que les publications canadiennes en général, ce qui indique qu'elles sont utilisées dans des travaux de recherche appliquée.

De même, entre 2011 et 2017, 38 des publications (sur 326) de DM ont été utilisées en dehors des milieux universitaires. Une proportion de 3,7 % des publications a été citée dans des lignes directrices médicales, dans des programmes de prestation de soins de santé ou dans des essais cliniques tandis que 8,6 % ont été citées dans des documents de brevet. La proportion des publications de DM citées dans des brevets, et dans des documents de prise de décision ou d'établissement de politiques publiques est similaire à la proportion de citations des Instituts de recherche en santé du Canada (de 2011 à 2013, 15,2 % des publications de DM ont été citées en dehors du contexte universitaire comparativement à 18 % pour les Instituts de recherche en santé du Canada). Note : les périodes utilisées sont différentes pour des raisons méthodologiques. Voir l'annexe sur la méthodologie pour plus de détails.

Taux de citation dans des brevets par 1 000 publications, 2012 à 2017
Taux de citation
Description détaillée du Taux de citation dans des brevets par 1 000 publications, 2012 à 2017
  Taux de citation dans des brevets par 1 000 publications
Canada 19,4
CNRC 46,8
DM 63,4

Avancement des connaissances scientifiques

Les travaux de DM sont novateurs et ont contribué à l'avancement du savoir dans le domaine des dispositifs médicaux. Les technologies actuelles de DM en microfluidique et dans le domaine des laboratoires sur puce ainsi que ses travaux antérieurs sur des simulateurs neurochirurgicaux sont d'envergure internationale.

Survol des innovations (de 2012-2013 à 2017-2018)
Survol des innovations
Description détaillée du Survol des innovations (de 2012-2013 à 2017-2018)

Un cercle blanc au milieu de 3 cercles bleus. Le cercle blanc porte le titre Survol des innovations (de 2012-2013 à 2017-2018) et touche les 3 cercles bleus.

  • 0,6 invention divulguée par employé, un taux supérieur à celui de l'ensemble de la Division des sciences de la vie du CNRC (0,4)
  • 13 demandes de brevet unique déposés
  • 2 brevets uniques accordés sur 13 demandes

Envergure internationale
La recherche actuelle de DM en microfluidique et sur les laboratoires sur puce est reconnue à l'échelle internationale tout comme d'ailleurs ses travaux antérieurs sur les simulateurs neurochirurgicaux (c. à d. NeuroVR).

If MD takes a more strategic direction within its Simulation and Digital Heath and Implantable Device thrusts, refocusing around areas of strength, it has the potential to reach international excellence in these areas as well.

Innovations
DM possède un portefeuille de propriété intellectuelle impressionnant, surtout en microfluidique. DM compte aussi le taux le plus élevé d'innovations par employé de la Division des sciences de la vie du CNRC.

Selon le CEP, le nombre de demandes de brevet unique déposées par DM et de brevets obtenus, ainsi que ses cibles annuelles de propriété intellectuelle (5 brevets par année) pourraient être supérieures. Certains facteurs institutionnels propres au CNRC doivent cependant être pris en considération. La lourdeur du processus de demande de brevet au CNRC étouffe probablement la volonté des chercheurs d'inventer. Une initiative de révision de la Politique sur les primes versées aux inventeurs et sur la structure des mesures d'incitation est en cours.

Avancements dans le domaine des dispositifs médicaux
La technologie de mousse de l'axe Dispositifs implantables a engendré le lancement de projets axés sur l'utilisation de cette même technologie pour des applications en santé humaine.

La recherche sur l'haptique de l'axe Simulation et santé numérique a contribué à pousser la recherche dans cette direction.

Les essais fondés sur une centrifugeuse de l'axe Diagnostics in vitro et l'utilisation de travaux sur l'élastomère thermoplastique contribuent à des améliorations importantes dans cette discipline.

Retombées sur l'innovation en entreprise

Les travaux de DM effectués de concert avec ses clients et collaborateurs ont engendré des résultats positifs qui contribueront à la croissance du secteur des dispositifs médicaux, y compris à des transferts de connaissances et de technologies et à une augmentation de la valeur des produits, à une intensification de la commercialisation et à une augmentation de la valeur du marché.

Résultats immédiats
(2012-2013 à 2016-2017)

Connaissances et technologies transférées
Ces transferts ont permis à des PME d'acquérir le savoir-faire technique et les conseils stratégiques dont elles ont besoin pour prendre des risques dans des domaines sous-développés, mais en émergence, et particulièrement prometteurs.

Signature d'accords d'octroi de licence avec des multinationales

Transfert de connaissances et de savoir-faire aux PME sur la manière de produire et de reproduire de nouveaux dispositifs et aide à la mise à l'échelle de la fabrication

Résultats à moyen terme
(2017-2018 à 2021-2022)

Commercialisation accrue
Les 3 axes comptent des clients qui ont lancé de nouveaux dispositifs médicaux.

Augmentation de la valeur du marché
Les clients ont déclaré une croissance de leurs revenus, une augmentation de leurs capacités et une consolidation de leur position à l'intérieur de leur secteur d'activité.

Augmentation de la valeur des produits
La collaboration a permis à des clients de tisser des liens et de profiter de nouvelles occasions d'affaires.

Résultats à long terme
(2022-2023 et au-delà)

Solutions technologiques offrant un bon ratio coût-efficacité
On s'attend à ce que les simulateurs réduisent les coûts associés aux risques et aux complications des opérations neurochirurgicales et réduisent également les coûts de formation.

Amélioration de la santé des Canadiens
Les simulateurs pourraient abréger les délais de formation, aider un plus grand nombre de chirurgiens à développer des compétences susceptibles de sauver des vies et réduire au strict minimum les risques et les complications.

Solutions pour le gouvernement

DM se trouve dans une situation idéale pour contribuer à l'élaboration de solutions pour l'application des politiques publiques, comme l'ont démontré l'harmonisation de ses travaux avec les disciplines clés du domaine de la santé et des biosciences, la recherche sur les dispositifs médicaux et sur l'innovation dans le domaine et ses travaux avec d'autres ministères.

Harmonisation avec les politiques et les priorités de l'administration fédérale
La santé numérique (c.-à-d. la connectivité des dispositifs médicaux) est une priorité de la Stratégie en sciences biologiques et en santé du Plan pour l'innovation et les compétences.

La commercialisation des technologies de la santé est une priorité du Programme d'innovation Construire au Canada.

DM appuiera la supergrappe des technologies numériques qui a pour objet d'étendre les capacités en technologies numériques à un nombre croissant de secteurs industriels, et notamment au secteur de la santé.

La décision récente de DM de réorienter ses efforts vers une plateforme de soins de santé interactifs à distance est conforme aux priorités fédérales touchant les peuples autochtones et les autres populations rurales ou vivant en régions éloignées.

La grande majorité des publications de DM sont conformes aux priorités du gouvernement du Canada
Grande majorité
Description détaillée de la grande majorité des publications de DM
  Series 1
Santé et sciences biologiques 86 %
Industries numériques 38 %
Fabrication de point 38 %
Agroalimentaire 16 %
Technologies propres 3 %
Ressources pour l'avenir 1 %
Autres que dans un domaine prioritaire 4 %

Santé Canada/Agence canadienne d'inspection des aliments : Par l'entremise de l'axe Diagnostics in vitro, DM a travaillé avec Santé Canada à la production de nouveaux outils capables de détecter la présence en temps réel de Listeria monocytogènes ainsi que d'autres pathogènes alimentaires en utilisant la technologie de laboratoires sur puce de DM. L'Agence canadienne d'inspection des aliments est l'utilisateur final de ces travaux et sera en mesure d'identifier les agents pathogènes présents dans des aliments contaminés dans un délai de 8 heures plutôt que de 5 jours. Cette technologie sera mise en œuvre d'ici 5 ans.

Centre de la sécurité des télécommunications Canada : Par l'entremise de l'axe Simulation et santé numérique, DM travaille actuellement avec le CSTC à la production d'un livre blanc intitulé « Cybersecurity for Medical Devices: Recommended Best Practices During Design, Development and Deployment ».

DM a également collaboré avec Recherche et développement pour la défense Canada (par l'entremise de l'axe Imagerie in vivo, maintenant dissous) et se lance dans un nouveau projet de R-D avec l'Agence spatiale canadienne (par l'entremise de l'axe Diagnostics in vitro).

Conclusions et recommandations

Pertinence
MD is addressing a need in the medical device field. While MD's research has focused on areas of importance to the medical device industry, as well as addressed issues of societal value, MD can make adjustments to its research strategy as it goes forward. This includes exploiting its microfluidics and lab-on-a-chip technologies to support the development of a new industry in Canada, expanding the vision/mandate of its Implantable Devices thrust, and refining the focus of the Simulation and Digital Health thrust to digital therapeutics and contactless/visual monitoring of bodily signals. MD's potential is far greater than what is currently realized, and would require MD to grow.

Capacité
Même si les compétences et les installations de DM ont bien répondu à la demande jusqu'à maintenant, une possibilité qui s'offre à DM de croître et de générer des retombées encore plus importantes. Par ailleurs, certaines pièces d'équipement clé doivent être renouvelées afin de permettre au centre de recherche de demeurer à la fine pointe. Ce facteur est crucial au maintien de la pertinence de DM et de sa capacité de répondre aux besoins des parties intéressées. Au cours de la période d'évaluation, DM a consacré peu de ressources au développement de ses affaires, à son rayonnement et à la promotion extérieure de ses travaux. Il compte maintenant un employé qui se consacre exclusivement au développement des affaires. La dépendance de DM à l'endroit de ses chefs de groupe lui fait courir un risque qui se concrétiserait si ces personnes décidaient de quitter leur emploi. DM pourrait également miser sur le niveau de scolarité élevé de ses employés en augmentant le nombre d'entre eux qui sont titulaires de postes de professeur adjoint dans des universités. On pourrait ainsi avoir plus facilement accès à des étudiants et à des boursiers postdoctoraux.

Rendement
DM a travaillé avec de nombreux clients et collaborateurs qui ont indiqué que le centre de recherche contribue à la croissance du secteur des dispositifs médicaux, y compris à une augmentation de la valeur des produits, à leur commercialisation et à l'augmentation de la valeur du marché. DM peut accroître sa notoriété au sein de l'écosystème des dispositifs médicaux et élargir son engagement auprès des parties intéressées.

En plus de stimuler l'innovation en entreprise et d'accroître les retombées favorables pour ses clients, DM contribue à l'avancement du savoir scientifique dans le domaine des dispositifs médicaux. Les travaux de DM sont novateurs et d'un haut niveau d'excellence scientifique et dans certains domaines précis (microfluidique, laboratoires sur puce et simulateurs neurochirurgicaux), ils sont même d'envergure internationale. Les publications du Centre de recherche ont été citées dans des brevets, des lignes directrices de traitements et des politiques publiques en matière de santé. Moyennant un recentrage de son axe Simulation et santé numérique et de son axe Dispositifs implantables, DM pourrait aussi se faire une réputation internationale dans ces domaines.

Finalement, DM est bien placé pour contribuer à l'élaboration de solutions pour l'application des politiques publiques, comme le démontrent les liens entre ses travaux et les priorités fédérales ainsi que ses travaux menés en collaboration avec d'autres ministères.

Recommandations

Recommandation 1
DM devrait concevoir et mettre en œuvre un processus de planification stratégique dans chacun de ses 3 axes de recherche et mettre à jour tous les ans ces plans. Ceux-ci devraient définir les occasions à saisir (p. ex., technologie de laboratoires sur puce de Diagnostics in vitro), réévaluer et réviser l'orientation des recherches, le cas échéant (p. ex., Simulation et santé numérique et Dispositifs implantables), et envisager la participation des utilisateurs finaux et réfléchir aux conséquences pour eux (p. ex., patients, populations marginalisées).

Justification : Un seul des 3 axes de recherche de DM s'est actuellement doté d'une vision à long terme. Les deux autres auraient avantage à revoir leurs stratégies de recherche, car ils se contentent pour l'instant de réagir aux événements et d'apporter des contributions complémentaires dans le domaine des dispositifs médicaux. L'absence d'un processus de planification stratégique clair contribue à cet état de fait, et plus particulièrement l'absence de consultations auprès de certains groupes d'utilisateurs finaux comme les patients et le défaut de prendre en considération leurs besoins.

Recommandation 2
DM devrait formuler des plans d'engagement auprès des parties intéressées, par axe de recherche, puis produire des rapports sur les progrès accomplis afin de s'assurer que les efforts déployés sont en tout temps conformes aux plans stratégiques. En vertu de ces plans d'engagement auprès des parties intéressées, il faudrait accorder plus d'attention à l'industrie pharmaceutique, aux grandes sociétés de produits diagnostiques et aux organisations de santé communautaire. Les plans d'engagement devraient être revus annuellement afin de s'assurer qu'ils demeurent conformes aux plans stratégiques recommandés précédemment.

Justification : DM n'a pas tenu à jour ses plans d'engagement auprès des parties intéressées. La mise à jour et la surveillance de ces plans contribueront à faire en sorte que les efforts de rayonnement de DM appuient son orientation stratégique. Les plans d'engagement auprès des parties intéressées contribueront également au processus de planification stratégique recommandé en structurant les efforts de rayonnement afin de pouvoir définir les besoins de l'industrie et d'établir les priorités.

Recommandation 3
DM devrait définir des stratégies pour accroître la sensibilisation à ses capacités au sein des secteurs d'activité pertinents, et plus particulièrement dans ceux où il est peu connu, mais qui sont porteurs d'occasions de croissance intéressantes (p. ex., industrie pharmaceutique, grandes sociétés de produits diagnostiques).

Justification : DM est peu connu en dehors du cercle de ses clients et collaborateurs actuels. Il s'ensuit que DM court le risque de ne pas être en mesure d'entrer en contact avec des parties intéressées clés.

Recommandation 4
DM devrait doter chacun de ses axes de recherche d'un plan stratégique de perfectionnement des employés et de planification de la relève.

Justification : DM dépend fortement de ses chefs de groupe. Cette situation lui fait courir le risque de ne plus être en mesure d'atteindre ses objectifs si les personnes en question quittaient leur poste. DM compte aussi un grand nombre d'employés possédant des études supérieures sur lesquels on pourrait miser pour avoir un accès plus large aux étudiants et aux boursiers postdoctoraux (p. ex., par l'occupation de postes de professeur adjoint dans des universités).

Recommandation 5
DM devrait accorder la priorité aux investissements dans son installation majeure de Diagnostics in vitro, la salle blanche de bioanalyse, afin qu'elle soit en mesure d'accueillir les travaux en cours et d'assurer la croissance future.

Justification : L'équipement de la salle blanche de DM n'est peut-être plus à la fine pointe de la technologie. Certains éléments clés, qui ont déjà distingué DM des autres organisations, sont maintenant désuets (dans certains cas, ils sont vieux de 10 à 15 ans). Cet équipement vieillissant doit être renouvelé afin que DM puisse mener ses travaux actuels et à venir tout en maintenant son statut de pointe en microfluidique.

Réponse de la direction et plan d'action

Recommandation Niveau de risque associé à la non-application de la recommandation Réponse de la direction Indicateurs de succès Responsable proposé Date prévue d'achèvement

1. DM devrait concevoir et mettre en œuvre un processus de planification stratégique dans chacun de ses 3s axes de recherche et mettre à jour tous les ans ces plans. Ceux-ci devraient définir les occasions à saisir (p. ex., technologie de laboratoires sur puce de Diagnostics in vitro), réévaluer et réviser l'orientation des recherches, le cas échéant (p. ex., Simulation et santé numérique et Dispositifs implantables), et envisager la participation des utilisateurs finaux et réfléchir aux conséquences pour eux (p. ex., patients, populations marginalisées).

Élevé

Réponse : Acceptée
Mesure 1 : Embaucher un conseiller stratégique à qui il incombera, entre autres choses, d'établir le processus d'élaboration des plans stratégiques des axes de recherche et un modèle de plan.
Mesure 2 : Développer le processus de planification stratégique et les modèles.
Mesure 3 : Rédiger pour les axes de recherche des plans stratégiques fondés sur un processus systématique prenant en compte après consultation les souhaits des parties intéressées et des utilisateurs finaux comme les groupes de patients ou autres.

  • Conseiller embauché
  • Processus de planification stratégique et modèles terminés
  • Plan individualisé en place pour chaque axe de recherche de DM

 

Directeur général, DM

Mars 2020

2. DM devrait formuler des plans d'engagement auprès des parties intéressées, par axe de recherche, puis produire des rapports sur les progrès accomplis afin de s'assurer que les efforts déployés sont en tout temps conformes aux plans stratégiques. En vertu de ces plans d'engagement auprès des parties intéressées, il faudrait accorder plus d'attention à l'industrie pharmaceutique, aux grandes sociétés de produits diagnostiques et aux organisations de santé communautaire. Les plans d'engagement devraient être revus annuellement afin de s'assurer qu'ils demeurent conformes aux plans stratégiques recommandés précédemment.

Moyen

Réponse : Acceptée
Mesure 1 : Rédiger des plans d'engagement pour chaque axe et établir un cadre pour le renouvellement de ces plans.

  • Plan d'engagement auprès des parties intéressées pour chaque axe de recherche

 

Directeur général, DM

Juin 2020

Mesure 2 : Produire des rapports d'étape dans l'exécution des plans d'engagement de chaque axe.

  • Au moins 80 % des mesures prévues dans les plans d'engagement auprès des parties intéressées sont en place.

 

Juin 2021

3. DM devrait définir des stratégies pour accroître la sensibilisation à ses capacités au sein des secteurs d'activité pertinents, et plus particulièrement dans ceux où il est peu connu, mais qui sont porteurs d'occasions de croissance intéressantes (p. ex., industrie pharmaceutique, grandes sociétés de produits diagnostiques).

Moyen

Réponse : Acceptée
Mesure 1 : Rédiger un plan de marketing pour accroître la notoriété de DM.

  • Plan de marketing en place et en cours de mise en œuvre

 

Directeur général, DM

Mai 2020

4. DM devrait doter chacun de ses axes de recherche d'un plan stratégique de perfectionnement des employés et de planification de la relève.

Élevé

Réponse : Acceptée
Mesure 1 : Échafauder des plans de perfectionnement des employés dans une optique de planification de la relève.

  • Plans de perfectionnement professionnel établis pour les employés prometteurs
  • Rencontres initiales avec les personnes identifiées dans le plan afin de discuter des plans de perfectionnement

Directeur général, DM

Mai 2020

5. DM devrait prioriser les investissements dans son installation majeure de Diagnostics in vitro, la salle blanche de bioanalyse, afin qu'elle soit en mesure d'accueillir les travaux en cours et d'assurer la croissance future.

Élevé

Réponse : Acceptée
Mesure 1 : DM étudiera les options susceptibles de permettre une augmentation des investissements (internes et externes) et cherchera à les faire approuver par la haute direction du CNRC.

  • Options d'investissement définies
  • Options d'investissement présentées au CHD ou à un autre groupe, selon le cas

Directeur des opérations, DM

Juin 2020

Annexes

Annexe A — Méthodologie

Étude bibliométrique
L'équipe du renseignement et de l'analytique de la Bibliothèque scientifique nationale a procédé à une évaluation bibliométrique des publications de DM revues par un comité de lecture et indexées dans Scopus de 2012 à 2018 afin d'évaluer l'excellence scientifique de ses travaux et leurs retombées (dans les milieux universitaires et autres). La Bibliothèque scientifique nationale du CNRC a aussi collaboré avec les Instituts de recherche en santé du Canada et accédé à sa base de données pour évaluer l'utilisation des publications savantes en dehors des milieux universitaires (p. ex., pour les lignes directrices médicales ou les guides de pratique, les politiques publiques en santé et les évaluations d'assurance maladie). En ce qui concerne l'analyse des retombées en dehors des milieux universitaires, tous les textes publiés depuis 2011 ont été inclus, car il faut un certain temps avant que les textes publiés aient une incidence en dehors des milieux universitaires (p. ex., 7 à 10 ans). La période de comparaison avec les Instituts de recherche en santé du Canada a été limitée de 2011 à 2013 parce que les données disponibles se limitaient à celles de cette période.

Études de cas
Les retombées des travaux de DM auprès de 6 clients ont fait l'objet d'études de cas approfondies. Ces clients ont été choisis parce que leurs projets avaient beaucoup de visibilité et parce qu'ils correspondaient aux axes de recherche de DM, aux genres de projets recherchés, aux catégories de clients et à la taille générale des projets. Les études de cas englobaient un examen des documents et des entretiens avec les chefs de projet de DM et des représentants de l'organisation cliente. Au total, 16 entretiens ont eu lieu, 8 avec des clients et 8 avec des chefs de projet de DM. Les études de cas ont couvert 12 % des projets menés par DM de 2012-2013 à 2016-2017 représentant 29 % des revenus générés par DM.

Examen des documents et de la littérature
Des documents internes et externes ont été examinés afin de situer en contexte les travaux de DM et de compléter les données venant d'autres sources afin d'évaluer la pertinence et le rendement des travaux.

Examen des données
Les données de rendement et les données administratives du centre de recherche et des programmes couvrant la période de 2012-2013 à 2016-2017 ont été examinées afin d'obtenir de l'information sur les intrants des programmes (c'est-à-dire, les ressources utilisées), sur leurs extrants et sur leur rayonnement auprès de la clientèle. Les données en question portaient sur les ressources financières et humaines, sur les projets et sur la propriété intellectuelle.

Entretiens avec des informateurs clés
Des entretiens ont été organisés avec 25 parties intéressées (19 internes et 6 externes) afin de collecter de l'information sur leur expérience personnelle, leurs opinions et leurs connaissances spécialisées dans le but de mieux comprendre la pertinence et le rendement de DM. Ces renseignements ont été utilisés pour compléter les autres sources de données et situer dans leur contexte les données quantitatives.

Examen par les pairs
Un comité d'examen par les pairs a été constitué afin d'évaluer 4 aspects de DM : pertinence, engagement auprès des parties intéressées, rendement et adéquation des ressources, y compris des capacités. Le Comité était composé de 3 membres et un président possédant des compétences dans le domaine des diagnostics in vitro, de la simulation et de la santé numérique et des dispositifs implantables. Le Comité comprenait des représentants nationaux et étrangers des milieux universitaires, de l'administration publique et de l'industrie. Il a été demandé aux membres de faire preuve d'objectivité, d'impartialité et de crédibilité, et d'éviter les conflits d'intérêts apparents ou perçus. Tous les membres ont donc signé un accord sur la confidentialité et les conflits d'intérêts. Chaque examen par les pairs englobait :

  1. un examen des documents de référence produits par le programme et par l'équipe d'évaluation du CNRC;
  2. la participation à une conférence téléphonique préalable à une visite sur place afin de discuter de l'évaluation initiale effectuée par le Comité, des programmes, des renseignements manquants et afin de permettre aux membres du Comité de poser des questions;
  3. la participation à une visite sur place de deux jours et demi.

Limites et stratégies d'atténuation

Disponibilité des données et des documents
L'équipe d'évaluation n'a obtenu aucune donnée valide et fiable sur l'utilisation des installations. Dans ce contexte, les évaluateurs n'ont pu étudier cette question. Au cours des deux dernières années, DM a cependant commencé à collecter des données à ce sujet. Par ailleurs, les plans d'engagement auprès des parties intéressées n'ont pas été tenus à jour et les activités de rayonnement n'ont fait l'objet d'aucun suivi. Il est donc difficile d'établir si DM a vraiment rejoint les parties intéressées appropriées. Les points de vue exprimés par le Comité d'examen par les pairs ont été utilisés pour établir dans quelle mesure DM a atteint les parties intéressées appropriées.

À cause de changements apportés au programme Technologies de la santé de DM, il n'existe aucune documentation à jour sur le programme (p. ex., un plan d'activité), ce qui a rendu difficile l'évaluation du rendement de DM par rapport à des objectifs et des plans dûment établis. Afin d'atténuer ce problème, des employés ont été conviés à des entretiens dans une tentative pour esquisser un profil à jour de DM.

Utilisation des publications pour mesurer l'excellence
L'analyse bibliométrique présente un problème : il y a un décalage entre le moment où des articles sont publiés sur les travaux de DM et le moment où ils sont cités. En conséquence, l'utilisation véritable des publications plus récentes est probablement sous estimée dans l'étude. De plus, les publications ne surviennent pas dans tous les domaines de recherche de DM au même rythme (les recherches de l'axe Simulation et santé numérique donne lieu à un nombre inférieur de publications) que dans les sciences informatiques et les logiciels, des secteurs où la publication d'articles constitue la norme. Pour contourner ce problème, d'autres sources de données ont été utilisées pour évaluer l'excellence et les retombées scientifiques des recherches de DM.

Représentativité des études de cas
Les clients choisis pour les études de cas étaient ceux démontrant nos attentes sur le plan des retombées. Il est possible que ce penchant ne reflète pas fidèlement les véritables retombées du centre de recherche. Ce problème est cependant atténué par le fait que le Comité d'examen par les pairs sera exposé à un éventail plus large des travaux de DM et sera donc en mesure d'indiquer si le rendement global de DM est similaire à celui observé dans les 6 études de cas.

Composition du Comité d'examen par les pairs

Mehran Anvari, président : professeur, Université McMaster; directeur scientifique et chef de la direction, Centre for Surgical Invention & Innovation (CSii); rédacteur en chef, International Journal of Medical Robotics and Computer-Assisted Surgery

Héloïse Côté : déléguée commerciale, Technologies médicales, Affaires mondiales Canada

Donald Jones : président du conseil, Cardiff Ocean Group LLC; chef de la direction numérique, Scripps Translational Science Institute; conseiller/membre de la commission consultative, sociétés du secteur de la santé et multiples commissions consultatives en santé numérique d'entreprises appartenant à la liste Fortune 1000

Michael V. Sefton : professeur, Université de Toronto; directeur général, Medicine by Design

Annexe B — Liste des principaux documents examinés

  • bccResearch (2018). Virtual Reality Technologies: Global Markets to 2022
  • bccResearch (2017a). Connected Medical Device Technologies: Global Marketsfor Sensors, Platforms and Processors
  • FCMI (2019). Pressing Research Priorities, (en anglais seulemet) Canadian Foundation for Infectious Diseases
  • ICIS (2018). Les reprises d'arthroplasties de la hanche et du genou coûtent 130 millions chaque année.
  • Gouvernement du Canada (2018a). Rapport des Tables de stratégies économiques du Canada — santé et sciences biologiques, L'impératif de l'innovation et de la compétitivité : saisir les occasions de croissance.
  • Gouvernement du Canada (2018b). Profil de l'industrie des appareils médicaux
  • Gouvernement du Canada (2018c). Blogue de données — Les maladies du coeur au Canada
  • Gouvernement du Canada (2018d). Budget de 2018 — Égalité et croissance — Une classe moyenne forte
  • Evans, J. (2018). In vitro Diagnostics: Technologies and Global Markets, bccResearch
  • export.gov. (2018). Canada-Healthcare and Medical Equipment, (en anglais seulement) The US department of Commerce
  • Frost and Sullivan (2017a). Advanced Manufacturing TechVision Opportunity Engine: Recent Advances in 3d printing in Medical Applications
  • Frost and Sullivan (2017c). Innovations in Surgical Devices, Wound Management, Lab-on-chip Devices, and Cancer Biomarkers- Medical Devices TechVision Opportunity Engine
  • Frost and Sullivan ( 2018c). 3D Printing Revolutionizing Medical Device Manufacturing, TechVision Group of Frost & Sullivan
  • Halseth, R. and Odulaja, O. (2018). Indigenous Peoples in Canada affected disproportionately by TB, National Collaborating Centres for Public Health
  • Health Technologies Program Business Plan, October 24 2014
  • Ma, Y-H, V., Middleton, K. and You, L. (2018). A Review of Microfluidic Approaches for Investigating Cancer Extravasation during Metastasis, Microsystems & Nanoengineering, 4 (17104)
  • Marketandmarkets (2018). Microfluidics Market Worth 27.91 Billion USD by 2023
  • Market Watch (2018). Cardiovascular Device Market 2018 Global Industry- Key Players, Size, Trends, Opportunities, Growth Analysis and Forecast to 2023
  • Mclean, J. and Cribb, R. (2018). Faulty and unproven medical devices implanted in Canadian patients despite known risks (en anglais seulemet)
  • MD Health Technologies Business Case (Revised), 13 décembre 2013
  • MD Health Technologies Program Business Plan, 24 octobre 2014
  • MD Health Technologies Program Implementation Plan Summary Final, 2 décembre 2015
  • MD Annual Operational Plan 2017-18, 8 février 2017
  • Montalbano, E. (2017). Flexible Glass has Benefits for Nanoscale Medical-Testing Devices (en anglais seulement)
  • Ouellet, V., Adhopia, V., and Mckie, D. (2018). 'We're guinea pigs': Canada's oversight process for implanted medical devices stuns suffering patients (en anglais seulement)
  • PRNewswire (2017). Global Biomaterials Market Anticipated to Reach $151.65 Billion by 2021, Reports BIS Research (en anglais seulement)
  • ResearchandMarkets (2018b). Implantable Biomaterials-Global Market Outlook (2017-2026)
  • Shaw, J. L. V. (2016). Practical Challenges Related to Point of Care Testing (en anglais seulement), Pract Lab Med
  • Statistique Canada (2018). Les dix principales causes de décès, 2011
  • Statistique Canada (2015). Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires
  • Stratistics MRC (2018). Implantable Biomaterials-Global Market Outlook (2017- 2026)

Annexe C — Organigramme

Organigramme
Description détaillée de l'organigramme

Organisational chart for Medical Devices research centre

  • Vice-président, Sciences de la vie
    • Directeur général, Dispositifs médicaux
      • Gestion opérationnelle et gestion de projet (4 gestionnaires et employé de soutien administratif, 3 agents de recherche)
      • Micro-nano dispositifs bioanalytiques (18 agents de recherche, 18 techniciens)
        • Axe de recherche : Diagnostics in vitro
      • Simulation et santé numérique (18 agents de recherche, 7 techniciens)
        • Axe de recherche : Simulation et santé numérique
    • Centre de recherche sur l'automobile et les transports de surface
      • Deux équivalents temps plein (également appuyés par deux ressources de DM)
        • Axe de recherche : Dispositifs implantables