Consultez quelques-uns de nos projets de recherche qui ont connu du succès et voyez comment notre travail contribue au succès de nos clients et de nos partenaires.

 

Résultats

Province

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
""

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
""

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Éoliennes et panneaux solaires font désormais partie du paysage dans maintes régions du pays. Chacune de ces installations aide le Canada à s’affranchir des combustibles fossiles et à multiplier le nombre de sources écologiques et durables d’énergie. Actuellement, le pays tire près de dix-sept pour cent de ses approvisionnements primaires d’énergie de sources renouvelables, effort louable pour prolonger la vie de la planète et atténuer l’impact de l’espèce humaine sur l’environnement, tandis que la demande d’énergie continue de croître. Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) tente de grossir ce pourcentage en poursuivant de la R-D ayant pour objectifs de cartographier les sources d’énergie marine ainsi que d’améliorer la performance commerciale et technique des systèmes qui les exploitent, c’est-à-dire les technologies émergentes servant à capter l’énergie des vagues et des courants dans les fleuves comme dans les eaux côtières.
""

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Vers la fin des années 1990, le Service canadien des glaces (SCG) avait signalé qu'on avait urgemment besoin d'un nouveau modèle prévisionnel, capable de se plier aux contraintes des activités contemporaines. En tandem avec le SCG, des universités et des expertsconseils du secteur privé, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) avait donc entamé des travaux en vue d'élaborer un modèle qui prévoirait de façon fiable la dérive des icebergs.
""

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
La majeure partie de la population mondiale vivant le long des côtes, les ingénieurs doivent tenir compte de l'action des vagues et des niveaux de l'eau, et parfois de la glace, dans la conception d'infrastructures côtières. Ces forces naturelles peuvent causer des problèmes pour les opérations et la sécurité, sans parler des dommages structurels, qui peuvent entraîner de lourdes conséquences financières. Lorsque la firme Baird & Associates (Baird) a approché le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) en 2004 lui demandant de réaliser une modélisation physique pour la construction d'un port à Fort Dauphin, à Madagascar, afin d'évaluer les risques d'un tel projet, l'équipe du CNRC était prête à relever le défi.
""

- Ottawa, Ontario

Centre de recherche et programme : Génie océanique, côtier et fluvial
Lorsque les forces de la nature en font converger les blocs, créant de dangereux amoncellements, la glace subit des pressions qui peuvent entraîner de sérieuses conséquences pour les navires, les immobilisant dans un climat rigoureux et mettant leur équipage en péril. Avant 2011, aucune méthode ne permettait de prévoir de façon fiable ces zones dangereuses, ce qui compliquait considérablement la navigation dans les eaux recouvertes par la glace. Selon la gravité de la situation, la glace sous pression peut bloquer un navire de quelques heures à deux ou trois semaines.