Tom Landecker reçoit la médaille W.G. Schneider

 

- Ottawa, Ontario

Photo de Tom Landecker devant CHIME

Tom Landecker (Ph. D.), chercheur émérite, a récemment reçu la médaille W.G. Schneider — la plus haute expression de la reconnaissance des réalisations au Conseil national de recherches du Canada (CNRC). Ce prix récompense un employé ou une employée qui a apporté une contribution exceptionnelle au CNRC, au-delà des attentes liées à ses fonctions, et qui incarne les valeurs du CNRC.

M. Landecker a été une force de travail exceptionnel et une source d'inspiration pour l'astronomie canadienne pendant cinq décennies. Grâce à son expertise en génie et en astronomie, il a grandement contribué à l'amélioration technologique au service de la science, travaillant avec des partenaires universitaires pour mettre au point de nouveaux télescopes à l'Observatoire fédéral de radioastrophysique (OFR) du CNRC qui ont permis la réalisation de travaux scientifiques, y compris certaines des recherches les plus importantes au monde sur les sursauts radio rapides ici au Canada.

Il est l'auteur de 150 articles de revues scientifiques et techniques avec comité de lecture. Il a célébré son 80e anniversaire en publiant neuf nouveaux articles en 2021 seulement.

Il est grandement respecté par ses pairs en astronomie, non seulement pour son expertise, mais aussi pour son enthousiasme, son leadership et son mentorat, inspirant et motivant la prochaine génération d'astronomes canadiens.

L'héritage des télescopes et les découvertes qu'ils permettent de réaliser

C'est à titre de boursier postdoctoral que M. Landecker est arrivé en 1969 à l'OFR qui fait maintenant partie du Centre de recherche Herzberg en astronomie et en astrophysique du CNRC.

À cette époque, il a contribué à la construction du radiotélescope à synthèse d'ouverture — un imageur unique en son genre, accessible à tous les astronomes canadiens et internationaux. Plus tard, en tant que directeur de l'OFR, M. Landecker a exploité ce radiotélescope pour diriger l'équipe chargée de l'une des plus grandes études du milieu interstellaire (poussière et gaz), l'Étude canadienne du plan galactique (ECPG, 1995-2014). Il a conçu des techniques d'imagerie de polarisation à grand champ qui sont devenues la norme dans le domaine. Le projet a donné lieu à plus de 400 publications avec comité de lecture, et continue d'en générer une vingtaine d'articles chaque année. Ce succès a donné naissance à une ère internationale de relevés radio à grand champ.

Par la suite, M. Landecker a lancé le relevé mondial des milieux magnéto-ioniques (GMIMS), qui cartographie la polarisation de l'ensemble du ciel radio et la met à la disposition de tous les astronomes par l'intermédiaire du Centre canadien de données astronomiques du CNRC. Le consortium GMIMS comprend 14 scientifiques nationaux et 22 scientifiques internationaux, dont de nombreux experts en études des champs magnétiques.

Tous les projets de M. Landecker ont permis de créer de nouvelles capacités techniques pour appuyer des activités scientifiques qui étaient tout simplement impossibles auparavant qu'il s'agisse de la mise à niveau de télescopes et de nouveaux algorithmes pour le Relevé canadien du plan galactique (CGPS), de nouveaux concepts d'alimentation et de démonstrations sur place qui ont mené au succès de l'Expérience canadienne de cartographie de l'hydrogène (CHIME).

Soutien à la collaboration universitaire

M. Landecker a également joué un rôle déterminant dans l'Expérience canadienne de cartographie de l'hydrogène (CHIME), située à l'OFR. Il a conseillé ses partenaires universitaires sur le développement de la conception sans précédent du « demi-tube » de CHIME, afin de réaliser un nouvel outil précieux pour la cosmologie et la chasse aux sursauts radio rapides (FRB). Le projet CHIME a connu un succès retentissant, recevant le Prix du Gouverneur général pour l'innovation (2020) et le prix Berkeley de l'American Astronomical Society (2022). Un résultat du projet CHIME sur les sursauts radio rapides a été salué comme l'un des meilleurs résultats scientifiques de 2020 par les périodiques Nature et Science.

« Tom a joué un rôle indéniable dans le succès du projet CHIME, en raison de sa connaissance approfondie de l'instrumentation radio, de son étonnante expertise de l'émission galactique, de son appréciation enthousiaste et de sa connaissance détaillée d'un très large éventail de sujets de recherche, et de son très profond respect pour ses collègues. »

Mark Halpern, Université de la Colombie-Britannique, et chercheur principal du projet CHIME

« Tom a été l'une des chevilles ouvrières de la radioastronomie canadienne pendant de nombreuses décennies... Il a été un acteur absolument essentiel du développement, de la construction, de la mise en œuvre, des essais, de l'étalonnage et de l'exploitation scientifique du projet CHIME. »

Victoria Kaspi, Université McGill, et chercheuse principale du projet CHIME et des sursauts radio rapides

Mentorat

Photo de Tom Landecker avec des étudiants

L'enthousiasme, l'expertise technique, l'orientation scientifique et l'éthique de travail pratique de Tom Landecker se sont révélés une source d'inspiration directe pour des générations d'étudiants et boursiers postdoctoraux. Il est professeur associé à l'Université de Calgary et à l'Université de Colombie-Britannique — Okanagan. Il a supervisé 17 étudiants diplômés dans des universités canadiennes et a travaillé en étroite collaboration avec de nombreux autres, agissant en particulier comme un ardent défenseur et mentor des femmes en ingénierie et en sciences.

« Tom Landecker est mon mentor depuis mes études supérieures... Dans un monde marqué par la concurrence, il est la personne la plus collaborative et la plus inclusive que j'ai la chance de connaître. Mes étudiants diplômés et moi-même avons énormément profité de ses connaissances et de sa sagesse. Je lui suis éternellement reconnaissant pour son soutien et son amitié. »

Professeure Jo-Anne Brown, Université de Calgary

« Par son rôle de mentor, Tom a encouragé des étudiantes et des postdoctorantes, moi y compris, à se lancer dans les domaines de l'astronomie et de l'ingénierie, traditionnellement dominés par les hommes, en ayant toujours une confiance sincère dans leurs capacités et leur potentiel de contribution... Sa façon de communiquer me permet d'apprendre de nouveaux concepts et de combler les lacunes de ma compréhension, et ce, tout en ayant le sentiment de participer à une conversation productive. »

Anna Ordog, boursière postdoctorale, Université de la Colombie-Britannique – Okanagan

Félicitations Tom!

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (sans frais, au Canada seulement)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CNRC_NRC