Un survivant canadien du cancer et le CNRC unissent leurs forces pour élargir l'accès à la thérapie CAR-T

- Ottawa, Ontario

Après des années de chimiothérapie et de greffes de cellules souches contre un lymphome à grandes cellules B, Owen Snider s'est fait dire qu'il ne vivrait pas un autre Noël. Toutefois, un nouveau traitement anticancéreux appelé thérapie par lymphocytes T à récepteur antigénique chimérique (CAR‑T) lui a donné une chance de vivre plus longtemps et lui a insufflé la passion de faire connaître au monde cette innovation étonnante.

Il aide maintenant les chercheurs du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) à mieux comprendre le point de vue des patients, alors que ces chercheurs s'efforcent de faire progresser les thérapies CAR-T au Canada et de les rendre plus accessibles à la population canadienne.

La création de cellules CAR-T consiste à cultiver des cellules T humaines en laboratoire et à les modifier à l'aide d'un vecteur viral afin qu'elles puissent reconnaître et attaquer le cancer.

La thérapie CAR-T utilise les propres lymphocytes T du patient, un type de cellule immunitaire capable de tuer les cellules anormales comme les cellules cancéreuses ou celles qui sont infectées par des germes. Pour ce faire, les scientifiques prélèvent des cellules T d'un patient, les reprogramment génétiquement en laboratoire pour qu'elles repèrent et détruisent les cellules cancéreuses et les réinjectent dans le patient.

« À l'aide des cellules CAR-T, nos chercheurs mettent au point des traitements pour des patients qui ont perdu l'espoir de trouver une thérapie anticancéreuse efficace, déclare Sue Twine, directrice générale du Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine du CNRC. Lorsque vous pouvez offrir à ces patients une chance de se battre en utilisant leurs propres cellules sanguines comme arme, vous ne pouvez que vous sentir passionné par votre travail ».

La contribution du CNRC au développement de ce nouveau traitement de fabrication canadienne s'appuie sur des décennies de leadership mondial dans la mise au point de thérapies révolutionnaires. Les leçons tirées de cette thérapie CAR-T seront précieuses pour la recherche sur d'autres maladies, comme les cancers du cerveau, du pancréas et du poumon.

Rétrospective : Le premier essai clinique des cellules CAR-T au Canada

Le premier essai clinique des cellules CAR-T de fabrication canadienne a été réalisé dans le cadre d'un partenariat pancanadien par le programme CLIC (Canadian-led Immunotherapies in Cancer), fondé par des chercheurs de l'Hôpital d'Ottawa, de BC Cancer et de BioCanRx. Pour ce premier essai, appelé CLIC‑01, les cellules CAR-T ont été fabriquées à Victoria, en Colombie-Britannique, et le traitement clinique s'est déroulé à Ottawa, en Ontario, d'autres sites cliniques ayant été ajoutés par la suite. Cette étude a ouvert la voie à des thérapies CAR-T qui sont encore plus novatrices, dont certaines de celles-ci seront testées dans le cadre d'un prochain essai clinique CLIC-02 CAR-T développé par le CNRC. Cet essai devrait être lancé au début de 2024 à Vancouver, à Ottawa et à Toronto.

Pour se qualifier pour l'essai-01en 2020, Owen a subi six semaines de tests et de tomodensitométries. Âgé de 73 ans à l'époque, il craignait d'être trop vieux. Mais il était en bonne forme physique malgré une maladie cardiaque et d'autres problèmes, ce qui lui a permis de recevoir l'« approbation » pour procéder à l'essai. En juin 2020, il s'est inscrit au Programme de transplantation et de thérapie cellulaire de l'Hôpital d'Ottawa. L'équipe a ensuite prélevé certains de ses globules blancs et les a envoyés à un laboratoire de Victoria, où les lymphocytes T ont été extraits, modifiés avec la protéine CAR et cultivés en grand nombre. L'ensemble du procédé n'a pris que quelques semaines, après quoi Owen a reçu une faible dose de chimiothérapie pour préparer son corps au traitement CAR-T, puis les cellules CAR-T CD19 modifiées lui ont été réinjectées, au site de l'essai clinique d'Ottawa.

« Lors de mon rendez-vous, 30 jours après avoir récupéré mes cellules T, les examens ont montré que mon cancer avait pratiquement disparu », raconte-t-il. Au bout de trois mois, il était « propre comme un sou neuf ». Près de trois ans plus tard, les cellules T modifiées toujours présentes dans le sang d'Owen continuent de rechercher et de détruire les cellules cancéreuses qui reviennent, et il n'y a toujours aucun signe de lymphome.

Des scientifiques du CNRC reprogramment des cellules T pour créer des cellules CAR-T.

Dans le cadre du premier essai clinique, les chercheurs visaient à démontrer à Santé Canada que la thérapie CAR-T fabriquée sur un site pouvait être transportée d'un bout à l'autre du pays et utilisée en toute sécurité sur des patients. Jusqu'à présent, les résultats de l'essai, rapportés dans un article de recherche publié en 2022 dans Frontiers in Immunology (en anglais seulement), montrent non seulement que les traitements CAR-T peuvent être fabriqués et transportés en toute sécurité, mais aussi que les cellules conservent une activité similaire à celle de la thérapie CAR-T sur le marché, plus coûteuse. Forte de ce premier succès, l'équipe de chercheurs et de médecins collabore avec le CNRC pour étendre la fabrication et la formation de personnel hautement qualifié à d'autres sites du pays. Cela permettrait de réduire les temps d'attente et les coûts et d'améliorer l'accès à ces thérapies CAR-T révolutionnaires pour les Canadiens et Canadiennes, quel que soit leur lieu de résidence.

Le programme Défi « Technologies de rupture au service des thérapies cellulaires et géniques » du CNRC a maintenant accordé un financement aux 2 principaux réseaux de recherche canadiens pour les aider à accroître leur capacité de fabrication en thérapie cellulaire. Le Réseau canadien de fabrication de cellules travaille à l'ajout d'un espace de travail pour modifier les cellules T des patients avec des gènes CAR, tandis que le Centre de commercialisation en immunothérapie du cancer (connu sous le nom de C3i) augmentera sa capacité de production de vecteurs lentiviraux – un élément essentiel des thérapies CAR-T.

Un regard vers l'avenir : élargir avec le CNRC la voie de la thérapie CAR-T

L'essai clinique d'une nouvelle thérapie CAR-T développée par le CNRC permettra aux traitements CAR-T d'atteindre de nouveaux sommets.

Depuis plusieurs années, le CNRC collabore avec des chercheurs et des partenaires cliniques du Canada pour mettre au point un nouvel anticorps qui cible une autre protéine présente chez les patients atteints de leucémie et de lymphome, la protéine CD22. Cette thérapie est différente de celle qui cible le CD19 dans le premier essai, de sorte que les patients qui n'ont pas bien répondu à l'essai CLIC-01 peuvent bénéficier d'une autre chance. La nouvelle thérapie CAR-T CD22 sera également testée sur des enfants et des adultes.

« Il s'agit d'une découverte entièrement inédite de fabrication canadienne que le monde entier va surveiller », déclare Sue Twine.

Scott McComb, agent de recherches, membre de l'équipe d'immunologie du cancer du CNRC et professeur auxiliaire à l'Université d'Ottawa, entrevoit de nombreuses possibilités d'application des thérapies CAR-T. « Nous voulons créer une boîte à outils avec de nouveaux CAR ciblant de nombreuses protéines cancéreuses, déclare-t-il. Les patients auront ainsi plus d'options et les spécialistes des soins de santé disposeront de plus de ressources pour travailler. Cela pourrait également conduire à des traitements pour une variété de cancers difficiles à traiter, comme le cancer du pancréas. »

Tout cela est doux aux oreilles des patients qui, comme Owen, soulignent que la thérapie par cellules T est moins exigeante sur le corps et l'esprit, et beaucoup plus rapide que la chimiothérapie ou les greffes « exténuantes » de cellules souches. Il espère qu'une fois le traitement approuvé par Santé Canada, il deviendra la solution de choix pour les lymphomes comme le sien et qu'il pourra aider les chercheurs à créer des succès CAR-T pour les patients atteints de nombreux autres types de cancer.

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (sans frais, au Canada seulement)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur X : @CNRC_NRC