Faites connaissance avec Lucy Li, agente de recherches principale au Centre de recherche en aérospatiale

 

- Ottawa, Ontario

Photo of Lucy Li

Lucy Li aime le répéter : « chaque petit geste compte, mais pour que les choses changent, il faut agir ensemble. » Aussi petits qu'ils soient, les gestes de cette agente de recherches principale au Laboratoire sur la performance des structures et des matériaux du Centre de recherche en aérospatiale comptent assurément. En effet, de sa passion pour les technologies vertes à l'implantation d'un programme d'encadrement pour les femmes en STIM à la grandeur du CNRC, Lucy a veillé à ce que chaque journée qu'elle passe au CNRC en vaille la peine.

Après avoir décroché un doctorat spécialisé en matériaux et structures aéronautiques de l'Université de Bristol, Lucy entre au Laboratoire sur la performance des structures et des matériaux en aérospatiale du CNRC en 2002. Durant les vingt années qui suivent, ses travaux passent des matériaux et de la fabrication à la réfection et à l'entretien des aéronefs, à l'essai de composites virtuels, aux matériaux novateurs puis aux technologies vertes. Peu importe le projet auquel elle apporte son concours, la passion qui l'anime ne faiblit jamais.

Au CNRC, la recherche sur les technologies vertes s'inscrit au nombre de ces passions. C'est que Lucy est déterminée à trouver comment réduire les émissions de gaz à effet de serre et à bannir les composés chimiques nocifs du lieu de travail. Ainsi, ses travaux ont permis la suppression du chrome hexavalent, une dangereuse substance cancérigène, dans les techniques pour réparer les appareils de l'armée de l'air canadienne. Ses expérimentations sur les composites virtuels ont aussi débouché sur une conception plus efficace et plus écologique des aéronefs, notamment en remplaçant les peintures au chromate par d'autres, moins dommageables pour l'environnement. Et ce ne sont là que quelques aboutissements des efforts que déploie la chercheuse pour rendre les conditions de travail plus sécuritaires, protéger les travailleurs, alléger l'empreinte carbone de l'aéronautique et faire d'un monde durable une réalité.

Le projet actuel de Lucy dans le domaine des technologies vertes a pour sobriquet « peau de requin pour avions verts ». Il consiste à mettre au point un revêtement aussi robuste que l'épiderme des squales afin de réduire la friction de l'air sur la membrure des aéronefs et ainsi leur permettre d'économiser 3,5 % de carburant, selon les projections. Lucy dirige un groupe de sept laboratoires au CNRC et une brochette de partenaires universitaires et industriels qui tentent de repousser les limites de la science. Elle espère effectuer une démonstration et permettre l'exploitation de cette technologie d'ici à 5 ans. La technologie qui réduira la traînée des appareils dans le cadre du projet ne date pourtant pas d'hier. À dire vrai, la société Speedo y a recouru pour créer la combinaison LZR Racer que Michael Phelps, le nageur américain, a enfilée pour remporter sa médaille d'or. Lucy et les membres de son équipe cherchent sans relâche de nouvelles applications pour cette peau de requin synthétique. Les technologies vertes captivent autant la chercheuse que sa collaboration avec d'autres intervenants pour exercer une véritable influence sur le changement climatique. D'ailleurs, son projet figure parmi ceux qui aideront le Canada à remplir sa promesse : atteindre la carboneutralité d'ici à 2050 par la technologie et l'innovation.

Accentuer l'équité, la diversité et l'inclusion au CNRC se range aussi parmi les passions de Lucy. Femme en aéronautique et membre d'une minorité visible, cette dernière est persuadée que, pour connaître le succès en science et en innovation au 21e siècle, le CNRC doit miser sur l'inclusion et l'équité au lieu de travail. Tout au long de la brillante carrière qu'elle a menée au sein de l'organisation, Lucy a appris à ne pas se laisser abattre, même quand les difficultés se liguaient contre elle, attitude qu'elle n'hésite pas à transmettre à ses consœurs aux prises avec une situation similaire. Lucy travaille sans relâche comme membre du Comité de recrutement et de rétention des femmes. Elle a aussi contribué à monter l'équipe étoile d'encadrement des femmes en STIM, programme pilote qui jumelait des débutantes à un mentor au CNRC, fournissait des conseils sur les objectifs associés au mentorat et aidait les employées à accéder aux ressources d'encadrement. En 2021, ce projet spécial a remporté un prix du CNRC pour l'excellence organisationnelle, car il a contribué à améliorer l'organisation par une initiative hors du commun. Pour l'instant, Lucy codirige une autre initiative sur l'équité, la diversité et l'inclusion (EDI) qui épaule les employés en STIM par une étude sur un accès équitable aux ressources destinées au perfectionnement professionnel. Plusieurs centres de recherche appuient cette initiative. Avec des programmes EDI de ce genre et des gens comme Lucy, le CNRC ne pourra qu'améliorer ses stratégies EDI en déterminant les problèmes précis qui entravent l'inclusion et l'égalité au lieu de travail.

Chaque geste compte. Pour que les choses changent, il faut agir ensemble. Lucy Li poursuivra son travail avec ses collègues du CNRC partout au pays afin que la science et l'innovation connaissent un avenir durable grâce à l'EDI.

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (sans frais, au Canada seulement)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CNRC_NRC