Défi accepté : aider les Canadiennes et Canadiens qui vivent avec une maladie rare

 

- Ottawa, Ontario

""

Le Programme Défi « Technologies de rupture au service des thérapies cellulaires et géniques » du CNRC met au point des solutions axées sur des thérapies cellulaires et géniques conçues avec précision pour traiter et éventuellement guérir des maladies chroniques et des troubles génétiques rares qui affectent les Canadiennes et Canadiens.

Le CNRC perfectionne également des méthodes d’administration afin de rendre ces thérapies de pointes plus accessibles et plus abordables.

Les chercheurs du programme Défi ont réalisé des progrès importants ces douze derniers mois en mettant en place des investissements de base essentiels et en entreprenant des collaborations stratégiques.

Le programme a ainsi permis d’établir des partenariats pour soutenir la chaîne de valeur canadienne, à en tirer parti et à faciliter l’application clinique de thérapies géniques accessibles, abordables et fabriquées au Canada qui ciblent des maladies génétiques et de thérapies cellulaires et géniques contre le cancer.

Le programme vise également à mettre en œuvre des technologies de rupture sur des plateformes thérapeutiques biologiques pour accélérer la découverte, le développement, la fabrication et le passage aux essais cliniques.

Collaborations sur la thérapie génique pour le traitement de la déficience héréditaire en lipoprotéine lipase

L’équipe de recherche sur les thérapies cellulaires et géniques a conclu en 2020 un partenariat crucial pour collaborer à la création d’une thérapie génique « fabriquée au Canada » contre la déficience héréditaire en lipoprotéine lipase (LPLD) — aussi appelée hypercholestérolémie héréditaire, un trouble génétique rare qui provoque des douleurs d’estomac chroniques pouvant entraîner des problèmes pancréatiques, hépatiques et éventuellement le diabète. Grâce à ce partenariat avec le Michael Hayden (Ph. D.) et Colin Ross (Ph. D.) de l’Université de la Colombie-Britannique, ils pourront accélérer l’optimisation et la validation préclinique d’une thérapie génique basée sur un virus adéno-associé (VAA) pour le traitement de la LPLD, laquelle sera fabriquée à des fins d’essais cliniques par le procédé de fabrication du CNRC.

Ce projet s’appuie notamment sur une collaboration avec l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa auquel le CNRC a versé une contribution financière. Cette collaboration permettra à leur installation de fabrication de vecteurs viraux, qui est conforme aux bonnes pratiques pertinentes, de mettre en place la capacité nécessaire au lancement du procédé du CNRC pour fabriquer le vecteur AAV-LPLD. Cet investissement de base est critique pour démontrer que l’écosystème canadien est capable de produire des vecteurs de thérapie génique qui peuvent être administrés, dans le cadre d’essais cliniques, aux patients souffrant de maladies génétiques rares.

Le projet LPLD sera un exemple important de la manière dont nous pouvons utiliser un modèle de rupture pour l’administration de thérapies géniques contre les maladies rares et tirer parti de partenariats, notamment entre organismes gouvernementaux, mais aussi entre ces organismes et des organismes privés.

Rapport d’experts sur les considérations relatives à l’approbation et à l’utilisation des thérapies cellulaires et génétiques

Les thérapies cellulaires et géniques sont prometteuses pour ce qui est du traitement des maladies génétiques rares et des maladies chroniques, mais leur utilisation peut soulever plusieurs difficultés, notamment sur le plan de la réglementation, de l’équité en matière d’accès aux traitements et de prix d’achat.

 

Pour soutenir la mise en œuvre de ces plateformes et de toutes celles qui pourront résulter de ce programme, le CNRC a aussi demandé au Conseil des académies canadiennes de préparer un rapport pour rassembler des avis d’experts sur les incidences sociales, éthiques, juridiques et réglementaires liées à l’approbation et à l’utilisation des thérapies géniques au Canada.

Publié en novembre 2020, ce rapport est le sujet du Colloque international de Gairdner 2020 en Ontario : « Surmonter les obstacles : tenir la promesse de la thérapie génique » (anglais seulement)

Développement d’une capacité pour la modification du génome des mammifères

L’équipe de recherche sur les thérapies cellulaires et géniques a fait un autre investissement avec le Centre de biologie synthétique appliquée de l’Université Concordia pour le développement d’une nouvelle capacité de classe mondiale axée sur la modification du génome des mammifères. Notre vision est d’utiliser cette nouvelle capacité pour accélérer la modification plus précise des cellules et permettre l’ajout de nouveaux attributs sécuritaires et thérapeutiques aux thérapies à base de cellules souches.

Cela permettra aux chercheurs du CNRC de démontrer la possibilité d’établir des lignées de cellules progénitrices modifiées de manière à offrir les caractéristiques critiques sur le plan de l’innocuité et de la tolérance immunitaire qui sont indispensables pour une utilisation réussie de ces thérapies prometteuses pour les patients.

Quelles sont les prochaines étapes pour le programme de recherche sur les thérapies cellulaires et géniques?

S’inspirant du projet axé sur les thérapies géniques pour la LPLD, l’équipe de recherche sur les thérapies cellulaires et géniques mettra en place un modèle parallèle pour fournir une voie d’accès pour les récepteurs d’antigènes chimériques (CAR) des lymphocytes T. Une telle approche nécessitera des investissements pour la mise en place d’une infrastructure distribuée pour la culture des cellules dans plusieurs autres laboratoires d’un bout à l’autre du Canada et le lancement d’essais cliniques pour évaluer la malignité hématologique d’un CAR-T fabriqué par le CNRC. Un CAR-T est une plateforme de cellules modifiées utilisée pour le traitement de certains cancers du sang. Il consiste à prélever des cellules sanguines du patient, à en extraire les cellules tueuses du système immunitaire et à modifier ces dernières en y insérant des séquences génétiques qui les reprogramment et les amènent à attaquer le cancer du patient.

L’équipe de recherche sur les thérapies cellulaires et géniques prévoit de mettre sur pied d’autres collaborations pour faire avancer la conception et la validation des composants avancés qui seront utilisés pour une plateforme de génie cellulaire automatisée à l’échelle microfluidique. Ces activités seront menées parallèlement au lancement de projets pour optimiser la fabrication et l’analyse de cellules dans le secteur des produits cellulaires personnalisés. Ces nouveaux projets permettront d’obtenir des validations de principe critiques pour de nouvelles cellules CAR visant une ou plusieurs pathologies, des nanoparticules vectrices d’anticorps et d’autres stratégies à venir. Les partenaires des chercheurs du CNRC qui offriront une expertise complémentaire auront accès à un financement sous forme de subventions et contributions.

Les programmes Défi font partie d’une série d’initiatives de collaboration en R-D qui rassemblent des chercheurs et des installations des 14 centres de recherche du CNRC au côté de partenaires universitaires, d’organismes à but non lucratif et d’acteurs industriels.

Découvrez comment le CNRC se positionne en leader d’une variété de technologies de ruptures en R-D afin de résoudre des problèmes qui nous affectent aujourd’hui, demain et à plus long terme.

Contactez-nous

Relations avec les médias, Conseil national de recherches du Canada
1-855-282-1637 (sans frais, au Canada seulement)
1-613-991-1431 (ailleurs en Amérique du Nord)
001-613-991-1431 (à l'étranger)
media@nrc-cnrc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CNRC_NRC